• Selon une étude de l’Université de Cmabrigde , l’ordre des ltteers dnas un mtos n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmèirere et la drenèire soit à la bnnoe pclae. le rsete peut erte dnas un dsérorde ttoal et vous puozvz tujoruos lrie snas porlblème. c’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaque lterte elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Préparation: 15 minutes.
    Cuisson: 15 minutes.
    24 à 32 coquilles Saint-Jacques.
    100 g de miel.
    1 dl de vinaigre balsamique.
    800 g de tomates.
    4 dl d’huile d’olive.
    ciboulette, persil, cerfeuil, basilic,
    sel, poivre du moulin.
    Préparer les noix, les huiler avec un pinceau et les assaisonner. Préparer la vinaigrette. mélanger le miel et le vinaigre balsamique, le sel et le poivre, incorporer l’huile. Couper les tomates en deux, les épépiner puis les détailler en brunoise ( c’est à dire en très petits dés). Filtrer le jus des tomates et l’incorporer à la vinaigrette. Ajoutez ensuite la brunoise et mélanger. Juste avant de servir, ciseler finement les herbes et les incorporer à la préparation. Poêler les noix, elles doivent être bien dorées mais pas caoutchouteuses ( cela n’arrivera pas si la cuisson est suffisamment brève). Napper chaque assiette de brunoise assaisonnée et y déposer délicatement les noix de Saint-Jacques. Servir aussitôt. Ce plat peut être servi avec une salade de mâche ou sur un lit de salicorne. Disposer cette entrée à l’intérieur des coquilles si elles sont larges et belles. Sinon, choisir une petite assiette à sa convenance, en évitant la couleur bleue, qui  » plombe » les aliments.
    bon appétit.
    emoticone

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • L’alose est un poisson migrateur de la famille des clupéidés qui se reproduit dans l’eau douce. De chair fine mais avec beaucoup d’arêtes et s’altérant rapidement. ( Ne pas le laisser dans l’eau, le vider, le laver et le sécher dans un linge.) On prépare l’Alose comme le bar, le cabillaud, le hareng, le maquereau.
    Alose à la mode de Cocherel.
    1 Alose d’un kilo-250 g de merlan ou de colin-poivre, sel et muscade-200 g de crème double-1 oeuf-1 cuil de ciboulette hachée- 1 cuil de persil haché-bardes de lard ( de la taille du poisson farci) 1 dl de vin blanc sec- facultatif: 1 boite de fond d’artichauts. Garnissez l’alose de la farce suivante: Pilez au mortier de la chair du merlan ( ou de colin), poivre, sel, muscade râpée, 1 blanc d’oeuf cru. Passez au tamis fin et travaillez à la spatule en ajoutant la crème fraîche. Ajoutez encore la ciboulette hachée et le persil. l’alose ainsi bourrée de votre farce, enveloppez la de minces bardes de lard, embrochez les et faites cuire à feu vif 45 minutes. Quelques minutes avant de servir, retirer les bardes pour que le poisson dore. On peut servir avec des pommes rissolées et des fonds d’artichauts. Le fond de cuisson sera déglacé au vin blanc sec, mouillé de crème et servi à part. ( Cette recette est du grand Prosper Montagné.)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Relevé dans scientific American: des chercheurs ont observé que, ces dernières décennies, une plus faible quantité de lumière solaire avait atteint la surface de la terre. Non que le soleil s’obscurcisse, mais les nuages, la pollution de l’air et les aérosols lui font barrage. De la fin des années 50 au début des années 90, des centaines d’instruments de mesure ont enregistré une baisse de 10% de la quantité de lumière solaire atteignant la terre. La chute est encore plus importante en Asie, en Europe et aux Etats-Unis. A Hong-Kong, par exemple, la diminution est de 37%. Les scientifiques s’accordent à dire que le phénomène n’est pas encore totalement compris.emoticone

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Des scientifiques viennent de comprendre ce qui permet aux araignées d’adhérer aux murs et aux plafonds. Une araignée à huit pattes, qui se terminent toutes par une touffe de poils microscopiques, eux mêmes couverts de poil encore plus petits, les sétules. La force d’adhérence de l’extrémité de ses 624 000 sétules est telle qu’une araignée pourrait supporter environ 170 fois son propre poids tout en restant collée à un mur ou à un plafond. Des chercheurs allemands et suisses ont étudié l’araignée sauteuse ( Evarcha arcuata) au microscope électronique à balayage. Grâce à leurs observations, explique le Times,  » On devrait pouvoir employer des techniques similaire pour fabriquer des colles et des adhésifs extraforts qui adhèrent même aux surfaces mouillées ». Le professeur Antonia Kesel, qui a dirigé l’équipe de chercheurs, a déclaré:  » On peut imaginer des combinaisons spatiales qui permettent aux astronautes de coller aux parois de leur vaisseau. »Langue

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • » Toutes les études sans exception montrent qu’aucun instrument de développement n’est plus efficace que l’éducation des filles et l’émancipation des femmes… La pleine participation des femmes donne des résultats immédiats: les familles sont en meilleurs santé: elles mangent mieux; leur revenu et leur épargne augmentent. Or, ce qui est vrai pour les familles l’est aussi pour les collectivités, et finalement pour des pays entiers. »

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Une mère est celle qui peut remplacer tout le monde
    mais que personne ne peut remplacer.
    483106f7.jpg

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire