• Pour l’honorer, le servir et briquer ses parquets.
    Une jeune fille devient une épouse en toute connaissance de cause.
    Elle sait que ces mots suaves:  » à partir de ce jour, je te prends pour mon époux légitime »
    signifient en fait:  » je te promets de préparer trois repas par jour pendant soixante ans;
    de faire la vaisselle de te parler même lorsque tu n’écoutes pas.
    De prendre soin de toi, d’essuyer tes reproches et de supporter toutes
    sortes de brimades de ta part. »
    Alan Beck.
    376c6535.jpg

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Quand un homme a fini de jardiner,
    il se lave les mains.
    Ce faisant, il communique la boue
    au lavabo, au savon, à la brosse à
    ongles et à la serviette, et laisse
    le tout en évidence pour témoigner de
    son dur labeur.
    emoticone
    Caroline Ramuz.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • On raconte qu’Alexandre le Grand, qui essayait de défaire un noeud très compliqué ( le fameux noeud gordien), le trancha finalement avec son épée en s’écriant :  » Défaire ou couper, c’est la même chose! » Quand il s’agit d’une corde, peut-être, mais avec un enchevêtrement de vers vivants, que faire? Il existe en effet, des  » pelotes » constituées par un grand nombre d’individus, parfois de 1 mm seulement. En souvenir du noeud  » gordien », ces vers sont appelés gordiacés. Ils appartiennent à l’embranchement des némathelminthes et vivent dans les torrents ou dans les sources. Les femelles meurent peu après avoir pondu leurs oeufs. Ceux-ci donnent naissance à des larves microscopiques qui nagent dans l’eau en attendant d’être avalées par un coléoptère, par exemple un grillon ou une sauterelle de passage sur la rive. Le gordiacé devient ainsi un parasite de celui qui l’a avalé, à l’intérieur duquel il grossit énormément. Au bout de plusieurs mois, quand son hôte retourne près de l’eau, le ver, désormais bien formé, s’échappe et commence sa vie d’adulte. L’aspect de ces animaux est tel que, pendant des siècles , o a pris les gordiacés pour des crins de cheval!

     
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Amadeus,  » l’aimé de Dieu », c’est aussi le nom d’une pièce de théâtre écrite en 1979 par l’anglais Peter Shaffer et adaptée au cinéma par Milos Forman. Cette pièce essaie d’aborder et de comprendre ce phénomène exceptionnel et miraculeux qui s’appelle le génie, en nous montrant la rivalité qui oppose Salieri, le compositeur officiel de la cour de Vienne, à Mozart. Salieri avait un certain talent, mais il était besogneux, et l’histoire a presque oublié son nom. Mozart avait du génie. La musique semblait jaillir de lui sans effort et sans travail; on sait que ce ne fut pas sans douleur. Il est peu probable que Mozart ait eu cette surexcitation et ce rire un peu hystérique qu’affecte son personnage dans le film. Mais les conventions du théâtre et du cinéma, cherchant à extérioriser des aspects profonds d’une personnalité, doivent parfois en exagérer les traits.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Passions et Séductions.
    En 1785, Mozart rencontre Lorenzo Da Ponte, qui devient le librettiste de ses principaux opéras. Leur collaboration commence avec Les Noces de Figaro, une adaptation de la pièce à scandale de Beaumarchais. Da Ponte supprime toute critique sociale pour ne laisser s’exprimer que les sentiments amoureux des personnages. Cet opéra ne connaît qu’un succès mitigé à Vienne, en 1786, mais il triomphe à Prague. Le théâtre national de cette ville commande alors un nouvel opéra au compositeur. Ce sera le célèbre Don Juan, dont l’ouverture est écrite en une nuit. C’est une oeuvre grave; Mozart est préoccupé par l’idée de la mort depuis le décès de son père. En 1789, l’année de la Révolution Française, Mozart compose, à la demande de l’empereur Joseph II, un opéra inspiré d’un fait divers qui avait défrayé la chronique viennoise: Cosi fan  tutte, une oeuvre gaie et amère sur le thème de l’inanité et de l’inconstance des passions.Depuis plusieurs années, Mozart avait adhéré à la franc-maçonnerie, qui avait joué un rôle important dans la diffusion des idées révolutionnaires. Mozart était attiré et séduit par le idéaux de fraternité, de bonté, d’humanité et de tolérance. Ces thèmes, nous les trouvons dans l’Enlèvement au sérail, qui montre la magnanimité du pacha renonçant à toute vengeance, ou encore dans la Clémence de Titus ( 1791). Mais l’oeuvre directement inspirée par les idées de la franc-maçonnerie  est la Flute enchantée, le dernier opéra de Mozart, comme un testament.Mozart fut enfoui dans la fosse commune. Nul ne put jamais retrouver l’endroit précis ou le corps jeté sans égard par les croque-morts du cimétière Saint-Marc avait été enterré.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Mon premier est bavard
    Mon deuxième est un oiseau
    Mon troisième est au café
    Mon tout est une pâtisserie.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Qui dit qu’il sait tout
    montre qu’il est le plus
    âne.
    ( An hini a lavar e oa
    pep tra
    A ziskouez eo an azenan.petit à son repas.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    3 commentaires