• » L’immortalité est une chose qui nous importe  si fort, qui nous touche si profondément, qu’il faut avoir perdu tout sentiment pour être dans l’indifférence de ce qui en est. »

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • » La coutume de manger du boudin pendant la nuit de noël remonte à la plus profonde antiquité. Ne lisons-nous pas dans les Commentaires de César: Secundum antiquam habitudinem, Lexoviani celebrant naissanciae anniversarium empiffrandos a ipos cum boldini ( boudin) fantasticis quantitatibus.  Si nous abandonnons le terrain historique pour nous livrer aux investigations plus précises de la statistique, nous ornons notre esprit des chiffres suivants: Une moyenne de cent Français… consomme un mètre de boudin. Un mètre de boudin pour cent habitants, cela nous représente, si je sais compter ( et je sais compter, je vous prie d le croire), trente et quelques kilomètres pour la France entière. Veuillez avoir l’obligeance, mesdames et messieurs; d’inscrire ce chiffre sur un bout de papier: nous serons bien aise de le retrouver tout à l’heure. Dans son dernier numéro, l’excellent Journal de Médecine et de Chirurgie, fort habilement dirigé par  M. le docteur Lucas-Champonnière, résumait, d’après une publication allemande non désignée, un travail des moins ragoûtants dû aux veilles d’un certain docteur Schelling, que les boyaux servant à mouler les succulentes saucisses ou les andouillettes appétissantes recèlent une quantité d’excréments qu’on peut évaluer à deux grammes ou deux grammes et demi par mètre d’intestin grêle et cinq grammes par mètre de gros intestin. Un ouvrier allemand, ajoute tristement M.Schilling, qui consomme de dix à quinze centimètres de saucisse par jour, moyenne ordinaire, absorbe donc quatre ou cinq grammes d’excréments par semaine, soit une demi-livre par an. » Revenons à nos boudins, à nos trente kilomètres de boudin, et concluons que, dans cette nuit de Noël, ou nous nous trouvons réunis, cent cinquante kilos de la… marchandise en question seront absorbés sur le territoire de la République française. Déplorable constatation, car, enfin, ce n’est pas une raison, parce que le Christ est né dans une étable, pour que, cette nuit-là, nous nous gorgions de bouse de vache. » Alphonse Allais.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Expression:
    Esprist lourd, ignard, inculte.
    Cette expression apparue au XVIIIe siècle fait allusion à la mauvaise réputation qu’avaient dans l’antiquité les habitants de la région de Béotie, en Grèce. Ils étaient en effet considéraient par les Athéniens comme des gens peu doués, grossiers et incultes.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Expression:
    Bigote, allusion symbolique aux cancans et autres bavardages d’église. L’eau étant assimilée au bénitier et les bavardages aux croassements de la grenouille. dans le même sens, on utilise également l’expression  » punaise de sacristie ».

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Enfin, chère Germaine, je puis vous donner publiquement le doux titre de fiancée que mon coeur vous donnait tous bas depuis longtemps. Si vous saviez à quel point je suis fier et heureux! Et que vos chers parents sont bons, d’avoir comblé mes voeux les plus chers en m’accordant votre main! Combien je leur en ai de reconnaissance! J’ai trop ambitionné le droit de vous écrire pour ne pas m’empresser d’en user. Je veux tout d’abord vous vous dire avec quelle impatience j’attends le jour ou nous serons unis et ou votre bonheur ne dépendra plus que de moi seul. Croyez bien que tous les instants de ma vie seront consacrés à vous rendre heureuse, à me rendre digne du don précieux que vous me faites de vous-même. Soyez -en sûre sans attendre la promesse solennelle que je vous ferai le jour de notre mariage. Je vous envoie ces fleurs: leur parfum est moins doux que le charme qui émane de votre personne. elles vous rappelleront que je vous aime avec toute la tendresse d’un coeur qui veut n’être jamais qu’à vous.
    Les fleurs bientôt se flétriront,
    Nos coeurs toujours se chériront.

    Lettre d'un fiancé à sa fiancée. dans petits mots. 215c0e3d-300x217

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Alors qu’il venait d’émigrer aux Etats-Unis, l’ Anglais Arthur Wynne proposa des mots croisés s’adressant aux adultes et il eut l’idée de placer des cases noires là ou les croisements de mots sont impossibles. Cette innovation géniale allait permettre la dissymétrie des lignes et des colonnes et la multiplication à l’infini des combinaisons de mots. En décembre 1913, pour la première fois au monde, le New York World auquel collaborait Wynne publia un supplément dominical le Fun, un problème de mots croisés.Une dizaine d’années plus tard, Morley Adams lança au Royaume- Uni les mots croisés dans le Sunday Express, mais en dissimulant le nom du véritable inventeur. Cette fois, les Britanniques qui avaient autrefois boudé les mots carrés d’Arthur Wynne les accueillirent favorablement Des deux côtés de l’Atlantique, la première langue des mots croisés fut donc l’anglais. La maison d’édition Simon and Shuster publia en 1924 le premier recueil de grilles de mots croisés, lequel se vendait accompagné d’un crayon à mine. La vogue qui s’ensuivit fut si importante que la vente des dictionnaires connut une hausse prodigieuse. En 1924-1925, en même temps que le charleston, la France importa des Etats-Unis les mots croisés sous le nom de  » mots en croix ». En 1925, encouragée par Tristan Bernard, Renée David publia le célèbre journal des mots croisés, puis l’Académie des mots croisés fut fondée. De grands noms s’intéressèrent à ce jeu cérébral en proposant des définitions.Le festival des mots croisés est un rendez-vous annuel de cruciverbistes organisé depuis 1990 à île-sur tille ( Côte-d’Or). Il se déroule généralement pendant le troisième Week-end du mois de mai. A noter: qu’un amateur de mots croisés s’appelle un cruciverbiste ou un oedipe, tandis que l’auteur d’une grille s’appelle un verbicruciste ou un sphinx.Il y a cent ans. dans histoire 32-300x225

     

     
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Un chat rêve d’être journaliste. Il se confie à son maître qui lui dit:
    - Journaliste, tu sais, c’est pas facile.
    - Je sais ,répond l’animal.
    Mais je n’ai pas trop d’ambitions.
    Je me contenterai de m’occuper de la rubrique des chiens écrasés.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire