• Au large du plateau des îles Kerguelen ( sud de l’océan Indien). Une équipe de chercheurs japonais et australiens mené par Yasushi Fukamachi, de l’université d’Hokkaido, a ainsi estimé sa vitesse moyenne à environ 20cm/s. Ce courant, qui prend sa source dans l’océan Austral, charrie à chaque seconde vers l’Equateur 12 millions de mètres cubes d’eau d’une température inférieure à O°C. Et ce, à plus de 3500 mètres de profondeur. Depuis sa découverte en 1994, aucune série de mesures n’avait permis d’estimer son débit moyen et sa variabilité dans le temps. Son rôle dans la circulation océanique globale devrait être mieux compris.
    G.A.
    emoticone

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    1 commentaire
  • Mais, dans les larges soirs lunaires, dans les soirs immobiles et blancs,
    écartelé sur son échafaud solitaire, le moulin étire ses membres ballants, et par le ciel de mystère, doucement rame...
    Tandis que dans son coeur craquent les engenages, le moulin, ô routine résignée, de ses quadruples bras dévide les nuages...
    Ses quatre raquettes de toile écorchent les immensités éblouies, et son giroîtement fou jongle avec les étoiles".

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    1 commentaire
  •  » Le football est un jeu parfaitement adapté aux filles rudes,
    mais il ne sied  guère aux garçon délicats ».
    emoticone

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Pourrait disparaître d’ici à 2080. A cause du réchauffement climatique, 20% des espèces de lézards seraient vouées à l’extinction d’ici à 2080. Telles est la sombre prédiction d’une équipe internationale de chercheurs, sur la base de modèles physiologiques validés par des observations de terrain. Bien qu’aimant la chaleur, les reptiles auraient déjà atteint leur limite thermique dans certains coins de la planète. Ainsi, 12% des lézards mexicains auraient disparu et 34 espèces ses seraient éteintes à travers le monde depuis une trentaine d’années.
    O.D.
    emoticone

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Gérard Dellac effectue à Reggane, dans le Sahara algérien, son service militaire au sein du 620e groupement des armes spéciales. Reggane, c’est le lieu retenu par l’armée pour tester Gerboise Bleue, la première bombe nucléaire française. Le 13 février 1960, après l’explosion, un officier lui demande de le conduire sur le site ou la bombe a explosé quelques heures plus tôt. But de la mission: y planter un drapeau tricolore. De retour à Reggane, un examen au compteur geiger révèle qu’ils ont été contaminés. Ils son conduit à la douche, mais pas à l’infirmerie. En 1991, Gérard Dellac est diagnostiqué avec un cancer de la peau. Des Gérard Dellac, il y en a eu des centaines, peut être des milliers. Tous avaient une vingtaine d’années. La patrie les appelait sous les drapeaux. Quand ils ont appris que c’était pour le Sahara et non le bled algérien, ils se sont dit qu’ils allaient voir du pays et qu’ils étaient des privilégiés. Ils ignoraient simplement que des décennies plus tard, certains le paieraient de leur santé et de leur vie. La décision de doter la France de l’arme atomique est prise en 1954 par Pierre-Mendès- France. Pas question pour notre pays de se voir supplanté par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne ou l’Union-Soviétique.Le Général de Gaulle  » se montre impatient », selon ceux qu’il a côtoyé à l’époque: non seulement la france doit accélérer ses recherches, mais celle-ci doivent être conduites en  » grandeur réelle ». Le Commandement interarmées des Armes spéciales est chargé de créer un champ de tir. Il opte pour le site de Reggane, au centre du Sahara et à sept cent kilomètres sud de Colomb-Béchar. A l’époque, Reggane est une ville de huit mille habitants. Les essais auront lieu au sud de la ville. Au total, vingt quatre mille hommes y séjourneront. Le 13 février 1960, la Direction des application militaires, qui dépend du CEA, fait exploser Gerboise Bleue près de Reggane, dans le désert algérien. Il y aura trois autres explosions, toutes effectuées en plein air à partir d’une tour:Gerboise Blanche le 1er avril 1960, Gerboise rouge le 27 décembre 1960 et Gerboise verte le 25 avril 1961. Ces essais en atmosphère ont été  » très polluant » comme le reconnaît un rapport sénatorial de 1977. Selon le physicien Yves Rocard qui assistait à ces expériences, les explosions  » eurent lieu à cent mètres d’altitude, la moitié supérieure de la boule de feu orienté vers l’air libre et la moitié inférieure vers le sol tout proche ». Un document du CEA de 1960 révèle, dès les deux premiers essais,  » l »existence d’une zone contaminée de cent cinquante kilomètres de long environ ». Le CEA a d’ailleurs informé son personnel qui participe à l’opération Gerboise Bleue des conditions dans lesquelles il peut entrer et sortir de la zone des essais, qui est qualifiée de  » contaminée ». Des précaution devront être prises. Et pourtant… Originaire du nord de la France, Jean-Claude Egginton est resté deux ans à Reggane.  » A mon retourn confiait-il le 24 juillet 2002 à La Voix du Nord, j’ai commencé à avoir des problèmes de santé: des plaques et des démangeaison surtout sur les jambes, un état de fatigue chronique, et puis, j’ai été opéré d’un cancer du rein. » Son dossier médical de l’époque ne mentionne aucun relevé des doses reçues.à suivre: non de code Hippocampe…
    nucleaire874928826.jpg

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • » Il fallait bien de temps en temps du fumier sur les meilleures terres. »emoticone

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • » Le travail est l’amour rendu visible, et si vous ne pouvez travailler avec amour, il vaut mieux abandonner votre travail et vous asseoir à la porte du temple et recevoir l’aumône de ceux qui oeuvrent dans la joie. Car si vous faites le pain avec indifférence, vous faites un pain amer qui n’apaise qu’à moitié la faim de l’homme…emoticone

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires