• Golda Meir, née Mabovitz, dite Golda, femme politique israélienne, émigre en Palestine en 1921 et milite dans le syndicat Histadrouth et le parti travailliste Mapaï.

    Premier ambassadeur d'Israël en URSS ( 1948), ministre du travail et du travail social ( 1949-1956), puis des Affaires étrangères 1956-1966), elle est élue secrétaire générale du Mapaï ( 1966-1968) et devient Premier Ministre en 1969.

    Devant les critiques adressées à son gouvernement après la guerre d'octobre 1973, elle démissionne en avril 1974.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Un envoyé du grand seigneur
    Préférait, dit l'histoire, un jour chez l'empereur
    Les forces de son maître à celles de l'Empire.
    Un Allemand se mit à dire:
    Notre prince a des dépendants

    Qui, de leur chef, sont si puissants,
    Que chacun d'eux pourrait soudoyer une armée.
    Le chiaoux, homme de sens,
    Lui dit: Je sais par renommée
    Ce que chaque électeur peut de monde fournir;
    Et cela me fait souvenir
    D'une aventure étrange, et qui pourtant est vraie:

    J'étais en un lieu sûr, lorsque je vis passer
    Les cents têtes d'une hydre au travers d'une haie.
    Mon sang commence à se glacer;
    Et je crois qu'à moins on s'effraie.
    Je n'en eus toutefois que la peur sans le mal:
    Jamais  le corps de l'animal
    Ne put venir vers moi ni trouver d'ouverture.
    Je rêvais à cette aventure
    Quand un autre dragon, qui n'avait qu'un seul chef
    Et bien plus d'une queue, à passer se présente.
    Me voila saisi derechef
    D'étonnement et d'épouvante.
    Ce chef passe, et le corps et chaque queue aussi:
    Rien ne les empêcha: l'un fit chemin à l'autre.
    Je soutiens qu'il en est ainsi
    De votre empereur et du nôtre. 
    Jean de la Fontaine.
    ( ce récit n'est pas une fable, mais une petite histoire allégorique.)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    2 commentaires
  • Mariage:
    Cérémonie civile ou religieuse, au cours de laquelle deux personnes de sexe opposé
    s'engagent solennellement à se harceler et à s'espionner pendant quatre-vingt-dix-neuf ans,
    ou jusqu'à ce que la mort les unissent.

    Humour.

    Elbert Hubbard ( 1865-1915).

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    1 commentaire
  • Donnez un poisson à un homme, et il aura de quoi manger pendant une journée. Apprenez-lui à pêcher...et vous en serez débarrassée pendant tout le week-end.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    2 commentaires
  • Les aventuriers de l'âme sont peut être  plus près de la légende que du grand mythe. Pourtant le récit de leurs aventures est d'une dimension symbolique et littéraire telle qu'ils peuvent sans rougir se joindre au cortège des grands personnages mythiques classiques.

    Perceval est l'un des plus jeunes chevaliers de la cour du roi Arthur, mais aussi l'un des plus célèbres. Son père et ses frères sont morts au combat, et sa mère l'élève dans l'ignorance de la chevalerie, au plus profond d'une forêt. Malgré toutes ces précautions, Perceval se trouve un jour en présence de deux chevaliers magnifiques.

    Aussitôt enthousiasmé, il quitte sa mère en pleurs et part se faire adouber par le roi Arthur. Cet épisode n'est pas sans une grande signification symbolique. Très souvent, le héros, avant de pouvoir devenir un homme, doit laisser, voire abandonner sa mère derrière lui. Image de l'enfance, de l'attachement au passé, aux anciennes valeurs, il doit la quitter pour s'avancer seul vers son destin et son avenir.

    a la cour du roi Arthur, Perceval apprend le métier des armes et découvre l'amour. Plusieurs tournois et batailles vont lui donner l'occasion de montrer son courage et sa vaillance. Les années passent et Perceval se souvient avec nostalgie de sa mère qu'il n'a pas encore revue.

    Aussi se met-il en chemin pour revenir au pays de son enfance. Sur sa route, il rencontre un homme étrange. Le roi Pêcheur est un vieil homme malade qui règne sur un pays rendu stérile. Perceval est invité à passer la nuit au château et à participer au banquet du soir. Au milieu du repas, une impressionnante procession s'avance dans le plus grand silence.

    de splendides jeunes gens portent une lance au bout de laquelle perlent des gouttes de sang, suivis par une jeune vierge qui tient entre ses mains un vase étincelant. Perceval est dévoré de curiosité, mais il vient juste d'apprendre qu'un jeune chevalier, invité de surcroît, ne doit pas poser de question.

    Sa jeunesse et son inexpérience lui font manquer la grande découverte de sa vie. Il reprend sa route et apprend en chemin que sa mère est déjà morte, épuisée par le chagrin de son absence. Cinq années durant, Perceval tente de percer le secret du Graal. Un ermite lui fait prendre conscience de la nuit spirituelle dans laquelle il est encore plongé, et du chemin intérieur qu'il lui reste à parcourir.

    C'est Galaad, le chevalier prédestiné à cette oeuvre de toute éternité, qui va reconnaître dans le Graal le calice qui a recueilli le sang du Christ au Calvaire, et dans la lance qui saigne celle qui avait percé son côté. Galaad peut alors, grâce à sa pureté, guérir le roi et redonner fertilité à sa terre et prospérité à son royaume. Chrétien de Troyes Le Conte du Graal.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Astrophysicien.

    Trinh Xuan Thuan.

    " Pour moi, la pensée est là pour donner un sens à l'Univers. Nous avons le don de comprendre parce que l'Univers n'est pas qu'une collection de particules de matière inerte. Il est la manifestation d'un principe infiniment plus subtile et élégant."

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Un jour viendra ou les armes vous tomberont des mains, à vous aussi! Un jour viendra ou la guerre paraîtra aussi absurde et sera aussi impossible entre Paris et Londres,
    entre Pétersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu'elle serait impossible et qu'elle paraîtrait absurde aujourd'hui entre Rouen et Amiens,
    entre Boston et Philadelphie. Un jour viendra ou vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent,

    sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire