• Alexandre Zinoviev.

    Parabole du moi.

    Je vais te raconter une parabole, dit le Bavard. J'ai été pris à l'armée encore avant la guerre. On arrive au régiment. On nous emmène à l'ordinaire. On nous dispose à huit par table. On nous apporte une miche de pain.

    Un gars d'allure intellectuelle se charge de la partager. Voici comment il l'a partagea.  Il commença par couper un gros morceau. Un autre un peu moins grand. Les autres, n'importe comment. Il planta son couteau dans le morceau le plus gros.


    Cria: Prêts, partez! tendit le deuxième morceau à un costaud qui l'avait pris sous sa protection. Ce fut pour moi un des moments les plus importants de ma vie. Ou bien je me pliais aux lois générales de l'être social et j'essayais de m'emparer du plus gros morceau possible, ou bien j'allais à l'encontre de ces lois, c'est-à-dire que je ne participais pas à la lutte.


    En l'espace d'une fraction de seconde, toute mon expérience de la vie fut mise à contribution. Je pris le morceau le plus petit, celui qui était resté sur la table. Cette fraction de seconde fut décisive pour toute ma vie ultérieure.

    Je m'étais forcé à rester en dehors de la lutte.
    « Chateaubriand.Proverbe Africain. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :