• Anléé. ( feu brûlant).

    Anléé n'est pas encore née, pour le moment elle se trouve bien au chaud dans le ventre  rebondit de sa mère.

      Mêhey est retourné vivre chez sa propre mère, veuve depuis bientôt deux ans.


    Celle-ci a hériter de la plus grande et la plus ancienne grotte qui existe depuis que les Nawahatans ce sont installés dans les montagnes de l'Est.

    Il y fait très froid, le sol se couvre d'une matière blanche, glacée par le vent violent de la saison de la nuit.
    Mêhey était encore un bébé, lorsque son père fut trouer mort au pied de la montagne fumante.


    Son loup revint seul épuisé , cherché de l'aide, mais il était trop tard; lorsque le groupe de chasseur partit à sa recherche.le loup lui  resta au pied de la maison de bois ou se trouvait le descendant de son maître.


    Lentement, le groupe de chasseur s'approcha de la grotte du chef et déposa devant le rabat de peaux, la dépouille d'Ekneq;fils de chef et époux aimant de Nawa, future mère de Mêhey.


    Quand le chef aperçu la dépouille de son fils, il se jeta par terre et se couvrit la tête de poussière.


    Nawa hurla et tomba au pied du défunt, son enfant bougea dans son ventre, il bougea avec violence et Nawa s'évanouit.


    Lorsqu'elle revint à elle, elle était étendue sur une épaisse couche de fourrure et le loup dormait à son coté.Les hommes et les femmes réunis, chuchotèrent des mots que Nawa ne comprenait pas, mais l'enfant qui bougeait en elle, semblait comprendre.


    L'enfant donnait de violent coups de pieds et la douleur était très forte; alors Nawa cria, elle cria des mots qui lui venaient sans qu'elle les comprenne.


    " C'est la mort, c'est la mort, nous devons fuir, nous devons fuir."
    Le loup se leva d'un bond et hurla à la mort.

    tous en furent saisit de peur, la peau hérissée, les poils dressés, les babines retroussés, le loup s'avança vers le chef et tout en grondant, il poussa le chef en dehors de la grotte.


    pieds agiles regarda étonné ce loup qu'il connaissait bien: était-il malade lui aussi?
    Grondant toujours, le loup modula sa voix et dans le vent glacé, pieds agiles crût entendre ces mots:
    " Fuir la montagne, fumée, gronde, fume, crache, sent mauvais, la montagne fume.

    Fuis."
    Alors pieds agiles sortit de la grotte, il regarda et son sang se glaça dans ses veines.Hume le vent n'avait rien dit, ou était-il? que faisait-il?

    Il n'avait plus le temps de faire des recherches, ses guerriers et lui-même se devaient de conduire le peuple loin, très loin de la montagne.


    Auraient-ils le temps? Pourraient-ils faire une aussi grande marche? trouveraient-ils leur ancienne vallée?


    Tant de chose à faire en si peu de temps... Pieds  agiles attrapa son bâton et frappa plusieurs fois sur le tambour.La violence du son fit levée la tête de tous les Nawahtans.


    Au deuxième coup de tambour, les femmes prirent les plus petits dans leur bras, ramassèrent très vite les marmites, les herbes, crièrent vers les plus âgés afin qu'ils prennent les peaux; qu'ils attèlent les chiens, crièrent encore pour que ceux-ci fassent vite sans se battre.


    Au troisième coup de tambour, elles partirent avec le peu qu'elles avaient réussis à prendre et entrainèrent avec elles les jeunes et les vieux.


    Les hommes suivaient, cherchant du regard la menace, puis le chef emmena de force Nawa et ceux qui étaient encore dans la grotte.
    Il hurla un ordre de départ et tous prirent la fuite dans un grondement de tonnerre.


    une pluie fine, sale, se mit à tomber du ciel, il y avait urgence. La fuite éperdue du peuple de pieds agiles commençait.
    Y-l ( ceci est de moi, votre avis m'intéresse,merci).

    « Blaise Cendars.Bonjour en ce mercredi. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Mars 2015 à 08:36

    hello
    pas de com ici
    pas grave du tout.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :