• Plaise au ciel que le plafond au-dessus de notre tête ne tombe jamais sur nous et que nous restions tous groupés à l'intérieur de ce bâtiment.


    Puissiez-vous vivre cent ans et une année de plus pour vous repentir de vos péchés.


    Plaise au ciel que vous ayez de quoi vous rassasiez, ainsi qu'un doux oreiller ou poser votre tête. Que vous séjourniez quarante ans au paradis, avant que satan n'apprenne que vous êtes mort.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Derrière les mots.
    Je cache ma peine,
    Je lance des défis à l'univers,
    Je cherche la terre ,
    Terre de mes ancêtres,
    Terre de liberté.
    Je frôle la folie.
    mais qu'importe ...
    ce que je trouve
    Vaut toute les peines
    du monde.
    Derrière les mots,
    Se cachent tant de bonnes choses,
    A chacun (e) de trouvé la clé
    Qui les mènera vers le lieux
    de leurs espoirs,
    Vers le lieu de la vie,
    Car derrière les mots ...
    s'en cache un seul,
    Un vrai...
    Il a pour non...
    Liberté.

    Derrière les mots.

    Y-L
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Bienvenue en Afrique.
    C'est un peu comme se découvrir

    une nouvelle âme,
    car tout est si calme et si naturel...
    En Afrique,
    on peut être la personne
    que l'on veux être,
    yessans être jugé par les autres.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Si vous voyez une cruche de terre cuite sous un arbre,
    devant une maison, c'est pour vous,
    l'étranger de passage.
    Pas besoin de frapper à la porte pour
    demander la permission de boire.
    S'il n'y a personne,
    vous pouvez simplement vous servir,
    boire l'eau et continuer votre chemin.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Je suis l'enfant,
    Je passe,
    Le vent efface mes traces,
    Perdu, Perdu,
    Dans le lointain, j'entends,
    La plainte fugace du sable blanc.
    Las,
    Je suis l'enfant.
    Dans le désert de glace,
    Dans les sables mouvent du temps
    Et de l'espace,
    Je cherche ma place.
    J'erre par delà la terre,
    Par delà les mers,
    J'enrage de ne pas être à ma place,
    De n'être que le miroir,
    Miroir brisé,
    Jeté dans le bac noir de l'oubli.
    Je passe et le vent m'efface.
    Je n'étais qu'une trace,
    Laissé dans le sable blanc
    Perdu, Perdu,
    Dans le temps et l'espace,
    Je ne suis que l'enfant des rues.
    Y-L 
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Page blanche comme l'aile d'un ange,
    j'écris à l'encre blanche,
    Sur une page blanche.
    Aile diaphane, fidèle à sa trame,
    Juste en fili-grane,
    Prose que j'ose et qui m'oppose à moi-même,
    Tant je doute du bien fondé de l'écriture blanche.
    Sorti du messager,
    L'écrit se glisse sur le papier
    Ne ménageant ni les doigts,
    Ni le poignet.
    L'aile blanche d'un ange s'offre à la douce lueur nacrée,
    Une plume suffit pour l'écrit ,
    Encre blanche sur page blanche,
    Rien ne s'oppose à la prose.
    Y-L
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Les mots jetés sur la blancheur d'une page lisse, courts et volent vers des horizons inconnues. Chagrins, Libres, Libertins, Charmeurs, Câlins, Ils nous divertissent, Charment nos moments de leur Délices.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique