• La preuve du pain, c'est qu'il nourrit.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    1 commentaire
  • Il faut servir à ses amis comme un repas ou tout abonde,

    sans taxer, ni couper les parts.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    4 commentaires
  • Aussitôt qu'une pensée vraie est entrée dans notre esprit, elle jette une lumière qui nous fait voir une foule d'autres objets que nous n'apercevions pas auparavant.
    ******
    Notre coeur est un instrument incomplet, une lyre ou il manque des cordes et nous sommes forcés de rendre les accents de la joie sur le ton consacré aux soupirs.
    ******
    Il y a sans doute quelque harmonie cachée dans le malheur, car tous les infortunés sont enclins au chant.
    ******
    Les poètes sont des oiseaux: tout bruit les fait chanter.
    ********
    Le miel et le fiel se composent quelque fois sous les mêmes arbres.
    ********
    Si j'ai des doutes sur vos doutes, pourquoi voulez-vous que je croie à vos doutes?

    Chateaubriand.


    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    2 commentaires
  • Un fanatique est quelqu'un qui ne veut changer ni d'avis, ni de sujet.
    **********
    Il y a quantité de mensonge qui font le tour du monde, et le pire, c'est que la moitié d'entre eux sont vrais.
    ************
    De temps en temps, les hommes trébuchent sur la vérité. Mais la plupart d'entre eux se relèvent, et repartent aussitôt comme si de rien n'était.
    *********
    La longueur de ce document le préserve d'être lu.

    Winston Churchill.



    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    5 commentaires
  • Deux amis qui souffrent sont quelque-fois des heures entières sans se parler.
    Quelle conversation vaudrait ce commerce de la pensée
    dans la langue muette du malheur?
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    4 commentaires
  • " L' esprit s'amendera dans nos mains, et l'humour se raffinera par lui-même, si nous prenons garde de ne pas chercher à le corrompre , ni de le réduire par la violence-Toute politesse est due à la liberté. Nous nous polissons les uns les autres, et nous émoussons les angles et les arrêtes inégales par une sorte de choc amical"
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    1 commentaire
  • Nous sommes revenus au temps de babel; mais on ne travaille plus à un monument commun de confusion: chacun bâtit sa tour à sa propre hauteur, selon sa force et sa taille.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique