• Un ange est là, qui vous regarde,
    qui vous apprend à parler,

    qui vous apprend à lire,
    qui vous apprend à aimer!

    Qui réchauffe vos doigts dans ses mains,
    votre corps dans ses genoux,

    votre âme dans son coeur;
    qui vous donne son lait quand vous êtes petit,

    son pain quand vous êtes grand,
    sa vie toujours!

    A qui vous dites:
    " Ma Mère!"
    Et qui vous dit:
    " Mon Enfant!"

    d'une manière si douce que
    ces deux mots-là réjouissent Dieu.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • La mère est ce qu'il y a de patient et de fidèle et de tout près et de toujours pareil et de toujours présent.

    C'est toujours la même figure attentive, et c'est toujours, sous son regard, le même enfant.

    Qui sait que tout lui appartient sans pitié et qui vous trépigne de ses deux pieds sur le ventre.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  •  Le futur opposant d’Hassan II, réussit son bac au lycée Goureaud. il enseignera les mathématiques au lycée Descartes de Rabat au début de sa carrière. Même dans les années 1990, la cohabitation entre garçons d’origines différentes ne se fait pas sans mal, si l’on en croit David Bensoussan, ancien élève du lycée Lyautey de Casablanca: » juifs dans une école française en pays musulman, nous avions droit aux congés des trois religions et cela était fortement jalousé par nos camarades français qui n’avaient droits qu’aux fêtes fériées chrétiennes et musulmanes. Certains de nous refusaient de venir en classe le samedi, d’autres se permettaient de venir mais pour écouter  seulement, d’autres encore participaient normalement. Il y  avait peu d’Arabes en classe. Ils étaient généralement discrets et une proportion importante proférait un marxisme salutaire.La douce cruauté des Français qui attendaient la période du Ramadan pour entrer en classe avec des sandwiches au jambon odorant! » Nombreuses sont  les personnalités françaises à être devenues bachelières de ce côté de là.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Les chrétiens ne furent pas les seuls à s'aventurer loin de leurs terres.
    Les Arabes, après avoir conquis un empire qui s'étendait de l'Asie centrale à l'Atlantique, se trouvaient naturellement en contact avec de nombreux peuples, en Europe, en Asie comme en Afrique.
    A partir du Xe siècle, leurs marchands fondèrent des comptoirs sur la côte orientale de l'Afrique, de la mer Rouge à l'embouchure du Zambèze.
    Deux géographes marocains laissèrent des narations  de leurs pérégrinations:
    Edrisi, au XIIe siècle, et Mohammed Ibn Abdoullah Ibn Batouta, né à Tanger en 1304, qui fut le plus grand voyageur arabe de l'époque médiévale.
    A 21 ans, il entreprit, comme tout bon musulman , de se rendre à la Mecque, il visita et explora, avec un souc tout scientifique de l'observation, l'Irak, la Perse, le Yémen, la côte orientale de l'Afrique.
    Puis il se rendit au Caucase, en Russie méridionale, traversa le Turkestan  et atteignit l'Indus en 1333.
    Il séjourna neuf année à la cour du sultan de Delhi, en Inde. En 1345, il était à Ceylan et quelques mois plus tard, en Chine, ou il visita Pékin et Canton.
    Il revint au Maroc en 1349, mais il ne tarda pas à reprendre la route pour explorer, l' Afrique noire... cette fois-ci. Tombouctou et le cours du fleuve Niger. Rentré au Maroc en 1354, le " Maroco Polo arabe" dicta ses souvenirs. Il mourut en 1377.
    Globe-trotter passionné de géographie, Ibn Batouta fut un voyageur moderne, mû par la soif de la connaissance plutôt que par l'attrait des richesse.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • La curiosité.
    Faire de la physique, c’est se poser des questions sur le monde, avec l’idée qu’il doit être possible d’y répondre. En ce sens, on sait exactement ou- et à peu près quand- est née la physique: c’est à Milet, vers 585 avant notre ère. A cette époque, Milet est la plus florissante des cités grecques d’Ionie ( la côte ouest de la Turquie actuelle). Ses quatre ports exportent son huile, son vin et ses tissus de laine vers l’Egypte aussi bien que vers la Sicile. Les cités ionnienes sont de républiques; pas de roi divin ‘ comme en Egypte ou à Babylone), mais une assemblée de citoyens qui discutent des affaires de la cité. Ils vont se mettre à discuter aussi de la nature du monde. Et pour la première fois, quelqu’un pose- se pose- la question: de quoi est fait le monde? Ce quelqu’un c’est Thalès. Peu importe la réponse qu’il donne à sa question ( pour lui, le monde est fait d’eau): l’important était qu’elle soit posée. Thalèse se pose aussi des questions plus concrètes: un morceau d’ambre, frotté, attire ensuite les brins de paille. Pourquoi? Quand la réponse viendra, 2300 ans plus tard, on se souviendra que l’ambre, à Milet, s’appelait  » électron »… A la fin du VI e siècle avant Jésus-Christ, Milet est détruite par les Perses. L’ Ionie n’existe plus, mais le Ioniens réfugiés en Sicile continuent à travailler. L’un deux, Pythagore, impose l’idée que les mathématiques gouvernent la nature et que la Terre, par exemple, est une sphère, forme mathématique  parfaite. Son élève Parménide ( vers 490) va plus loin: la Lune aussi est une sphère, et ne brille que là ou le Soleil l’éclaire. Et, par conséquent, l’obscurité n’est pas une sorte de brume noire: c’est simplement l’absence de lumière! La curiosité ionienne a survécu en exil à l’invasion perse. Elle va se heurter à l’ordre athénien tout-puissant.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique