• Le Vératre.

    Veratrum album L., Liliacées.
    Apéritif diabolique.
    Dans l’Antiquité, pour s’assurer d’une efficacité maximale de la drogue obtenues avec les Vératres  » blancs » ou  » noirs », il fallait les récolter le regard tourné vers l’est et s’assurer qu’aucun aigle ne vous survole! Deux conditions, semble t-il, assez simple à réunir aujourd’hui, tant les aigles sont devenus rares! Pour le reste, la toxicité du Vératre est telle que, présence de rapace ou non, il y a fort à parier que le poison n’aurait en rien perdu de son efficacité; c’est une certitude et tant pis si la susceptibilité des anciens doit en souffrir! En fait il semblerait que plus une plante est toxique et plus son usage induit des croyances extraordinaires… L’exemple des plantes de sorcières ( Jusquiame, Belladone, Datura), capables de faire voler les balais et leurs passagères,en étant une autre illustration. Les anecdotes sur les usages toxiques du Vératre ne manquent pas. Certains, concernent l’histoire; d’autres notre vie domestique, pour les premiers, l’on sait par exemple que les armuriers espagnols de Philippe III empoisonnaient la pointe des traits d’arbalètes avec du concentré de Vératre. Les chasseurs faisaient de même , sans doute depuis la préhistoire, mais cela reste une vague hypothèse. Quand à l’usage domestique, il concerne principalement la destruction des petits rongeurs, la plante ayant été utilisée pour préparer de la mort aux rats! A ceux-là, on pourrait ajouter les usages assassins du Vératre utilisé pour empoisonner son prochain, mais peut-on parler dans ce cas d’usages domestiques! Ce serait de mauvais goût!  Moins sinistres, mais tout aussi regrettables, les accidents graves que la plante provoque bien malgré elle, quand quelques amateurs de Gentianes arrachent sa racine en lieu et place de celle de la Gentianacée, notre plus célèbre tonique amère! La macération dans l’alcool neutralise en aucune façon les principes actifs très toxiques contenus dans la plante, elle les extrait! L’apéritif est alors diabolique, il permet de rappeler qu’en matière de glane, l’approximation n’est pas permise. Pourtant différencier les deux plantes, qui poussent côte à côte, n’est pas bien difficile, du moins durant la période végétative… Noms populaires: Synonymes populaires:
    herbe aux cerfs
    herbe aux arbalétriers
    hellébore blanc, véraire
    vérine, varaire, mais aussi:
    herbe à éternuer.
    Botanique:
    Les noms populaires nous le montrent, on confond Vératre et Hellébore, y compris dans les publications récentes consacrées aux plantes toxiques. Hors la confusion n’est jamais bonne, ces plantes appartiennent à des familles différentes et ne peuvent en rien être comparées. Elles sont cela dit, toutes  toxiques, et c’est là leur seul point commun.
    Les principes actifs
    Du Vératre comptent parmi les poisons les plus violents produits par notre flore et ils sont très concentrés dans la racine puisque représentant jusqu’à 1,5% de son poids fais! Ce sont des alcaloïdes parmi lesquels on trouve la rubijervine, la provératrine…
    Alors…on ne joue pas avec elles.

    « Triffle à la Mangue et aux Myrtilles.Le coktail soleil. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :