• La structure de la coquille d’oeuf est un chef-d’oeuvre de la nature. Elle est composée de cristaux de sels minéraux triangulaires dont les pointes sont dirigées vers l’intérieur de l’oeuf. Ainsi, lorsqu’ils reçoivent une pression extérieur, les cristaux s’enfoncent les uns dans les autres en se resserrant, ce qui rend la coquille plus résistante. Le principe est identique à celui des arceaux triangulaires des cathédrales romanes: plus la pression est forte et plus la structure est solide. En revanche, si la pression vient de l’intérieur, les triangles se désolidarisent et l’ensemble s’effondre alors facilement. Ainsi, la coquille de l’oeuf est de l’extérieur suffisamment résistante pour supporter le poids de la poule est de l’intérieur suffisamment fragile pour permettre au poussin de la brisée afin d’en sortir.La résistance de la coquille d'oeuf. dans science gas_poulet01

     
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • C’est l’objet tendance de ce début d’année 2013, le cadeau dont rêvent tous les fumeurs ayant pris la bonne résolution d’arrêter. Elle est fausse, parfumée au goût de tabac ou dans des dizaines de saveurs exotiques ou fruitées et permet d’inhaler de la vapeur additionnée ( ou non) de nicotine, sans enfreindre la loi ni empuantir sans haleine. Inventée en 2003 par un pharmacien chinois puis régulièrement perfectionnée, la cigarette électronique est en train de faire un tabac en France; on en voit désormais partout, et il suffit que quelqu’un en utilise une pour que les questions fusent:  » Comment ça marche? »  » Combien ça coûte? » ,  » Quel effet ça fait? ». Vendu sous forme rechargeable ( de 50 à 90 Euros le kit,) ou jetable ( à partir de 5 E), ce calumet de la paix entre fumeurs et non-fumeurs est donc indiscutablement le dernier gadget à la mode. Mais ne rêvons pas trop quand même; il ne s’agit- malheureusement- que d’un gadget. Dans les trois quarts des cas, même les plus enthousiastes s’en lassent assez vite: trop lourd, trop compliqué, trop infantilisant. Certains supportent mal que leur tentative de sevrage devienne aussi visible. D’autres s’interrogent sue ce qu’ils avalent exactement. Mais si vous êtes tentés- plus besoin de briquet, ni de cendrier, ni de claquer des dents dans les courants d’air pour le seul bien du fisc, Fuyez au moins les cigarettes qui imitent les vraies mais qui ne se dévissent pas ou dont les cartouches sont préremplies par les fabricants chinois, vendues par les buralistes ou en pharmacie: personne ne sait ce qu’elles contiennent ni, surtout, depuis quand. Autant sniffer directement de l’antigel. Le mieux est de se rendre dans des boutiques spécialisées- du Type Alter Smoke ou Clopinette-qui proposent, elles aussi, des dispositifs importés de Chine mais rechargeables avec des flacons fabriquée en France, dotés d’une date de péremption, convenablement stockés. Bon, le mieux dans tous cela? Ne fumer pas, Fumer tu et ce chaque jour, Pensez-Y.
    le texte est de V Grousset.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Appelée aussi Tétragone ou ficoïde, originaire du centre de l'Asie, l'arroche s'est répandue dans toute l'Europe. Elle était connue des Romains. Au Moyen-Age, elle a été supplantée par l'épinard. Elle servait de remède pour traiter la jaunisse et l'épilepsie. L'arroche a pratiquement disparu des potagers familiaux depuis cent ans. Ses feuilles se récoltaient de mai jusqu'à la fin de l'été. Elles se dégustaient crues en salade ou cuites avec une pointe de crème. Proches de l'épinard elles étaient et restent encore pour ceux qui en trouve particulièrement riche en vitamine B9.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Préparer dans une soupière , 150 g de pain coupé en tranches fines et un peu de crème fraîche. Dans une marmite, faire fondre 50 g de beurre. Dès qu'il est fondu, ajouter une cuil à soupe de farine. Faire roussir puis verser un litre d'eau, saler, poivrer, faire cuire une dizaine de minutes en remuant sans arrêt. Verser dans la soupière et servir immédiatement.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Beignets à la vapeur, cuisine Polonaise.
    pour 5 personnes:
    1 kg de farine, 2 oeufs, 250 g de beurre, de l'eau, un paquet de levure de boulanger dilué dans un peu de lait, du sel.
    Mélanger le tout jusqu'à ce que l'ensemble soit bien homogène, laisser lever dans un endroit tiède.
    Lorsque la pâte  a doublée, la retravailler, puis aplatir jusqu'à une épaisseur d'environ 2 cm. Couper des disques en utilisant un verre comme emporte-pièce.
    Poser sur un torchon, saupoudrer de farine, recouvrir d'un autre torchon et laisser gonfler à nouveau.
    Accrocher un torchon aux anses d'un faitout à moitié remplit d'eau, il ne doit pas tremper dans le liquide.
    Lorsque l'eau bout, déposer les disques de pâte sur le torchon sans que les disques se touchent.
    Couvrir en évitant le contact avec le couvercle et laisser cuire 10 minutes. Les Kluski deviennent gros comme des balles de tennis. Déguster chaud avec du lapin ou du veau.
    Daniel Bontemps.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    1 commentaire
  • Pour 6 galettes, 200 g de farine blanche ou complète, 50g de beurre fondu, eau tiède, sel.
    Mélanger la farine, le sel et le beurre fondu. Ajouter peu à peu l'eau tiède jusqu'à ce que la pâte soit homogène et élastique.
    Diviser la pâte en 6 parts égales. Aplatir entre les paumes de la main, puis au rouleau à pâtisserie.
    Plier en trois en forme de triangle puis aplatir à nouveau. Faire cuire dans une poêle anti-aghésif avec très peu de matière grasse.
    5 minute de chaque côté environ sur feu moyen. ( faire pareil avec les autres pâtons).

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    1 commentaire
  • Le tabac radioactif:
    Que savaient les chercheurs?
    Les chercheurs savaient-ils que les substances radioactives comme l'uranium et le polonium causaient le cancer du poumon, de la trachée et des bronches?
    S'ils ne le savaient pas d'emblée, ils auraient certainement pu faire le lien quand ils observèrent que le taux de cancer du poumon chez les fumeurs était monté en flèche après les années 1950.
    Pour certains, le lien était évident parce qu'à cette époque, on utilisait de plus en plus d'engrais chimiques contenant des substances radioactives sur certains champs de tabac; un paquet et demi  de cigarettes par jour commençait à devenir synonyme de presque mille rayon X par an.
    Pour illustrer la forte corrélation, il suffit de lire l'étude du taux de mortalité du cancer entre 1950 et 2000, statistiques empruntés au CDC:
    Taux de Mortalité en Lien avec le Cancer du Poumon, de la Trachée, des Bronches...pour 100 000 Personnes

    Hommes blancs,
    1950,21,9
    1960,38,2
    1970,57,7
    1980,70,4
    1990,73,5
    2000,78,7
    Hommes noirs,
    même dates,
    15,7
    37,9
    55,1
    93,3
    107,7
    106,5
    Femmes noires
    mêmes dates
    3,8
    5,6
    11,7
    21,5
    32,0
    41,2
    Femmes blanches
    mêmes dates,
    4,9
    5,6
    11,1
    21,1
    32,1
    42,2
    Les mémorandums des cigarettiers récemment rendus publics montrent que les cadres et les chercheurs des industries du tabac étaient vraiment conscients des problèmes causés par les cigarettes qui contenaient des substances radioactives.
    Ils ont même proposé des méthodes pour résoudre le problème ( le brevet numéro 4 194 514 décrit le processus d'extraction de substances radioactives dans le tabac à l'aide d'une solution acide diluée).
    Avec du recul, il est possible qu'en niant tout rapport entre les cigarettes et le cancer, les responsables aient trouvé un moyen de ne pas dévoiler le problème de la radioactivité au public.
    Après tout, que le meilleure exemple qu'ils inhalaient des substances non seulement cancérigènes mais en plus radioactives? Qu'est-ce qui scandaliserait plus les consommateurs que de découvrir que les compagnies leurs vendaient des produits dont ils  connaissaient depuis longtemps le caractère radioactif?
    Un mémorandum de Philip Morris, écrit en 1961,
    montre que la compagnie était au courant depuis longtemps de la présence de strontium 90:
    " M. Gonzalo Segura, dans notre laboratoire de radiochimie, déclare qu'il peut facilement mesurer cinq à six microcuries de stontium 90 pour que l'on puisse surveiller nos produits si la nécessiter s'en fait sentir.
    Je lui demande de faire des études d'exploration uniquement pour connaître l'ordre de grandeur auquel on a affaire avec le tabac.
    Si l'on découvre qu'il n'y a guère de danger, je suggère de repousser toute mesure supplémentaire jusqu'à ce qu'il y ait une raison valable d'être inquiet à ce sujet."
    Le problème auquel les industries du tabac faisaient face, mais qu'elles ne voulaient pas dévoiler au public, c'était que de plus en plus d'études montraient la présence de particules naturelles radioactives dans les engrais au phosphate, se transformant en radon et, par la suite, se dégradant pour devenir du polonium (210Po) et du plomb ( 210Pb).
    Lors de la période de croissance, le radon est aspiré par les racines et s'accumule dans les feuilles.
    Après des années d'utilisation régulière d'engrais, la radioactivité augmente et les plantes absorbent encore plus de radiations.
    Le silence des cadres était une chose, mais pourquoi les chercheurs et les scientifiques n'avaient-ils rien dit au public?
    La réponse est simple:
    pour des questions d'argent et de carrière.
    J'ai vécu à Winston-Salem, en Caroline du Nord, pendant quinze ans et je connais toujours des employés de R.J. Reynolds, des chercheurs et des scientifiques à l'université de Wake Forest qui avaient reçu des fonds de la compagnie R.J. Reynolds.
    La loyauté, et ceci ne me surprend point vu les motivations financières en jeu, est quelque chose à toujours garder à l'esprit.
    Encore aujourd'hui ( 2004-5), des chercheurs diplômés d'un doctorat et ayant travaillé pour R.J.Reynolds pendant des décennies refusent d'admettre que fumer cause le cancer.
    Mais si vous devenez leur ami et leur parler un peu plus, avec un petit sourire et un clin d'oeil, ils vous diront que la vie de retraité est superbe et qu'ils doivent leur bonheur à R.J.Reynolds.
    La seule personne qui n'ai pas eu  peur de jouer les empêcheurs de tourner en rond était l'ancien chirurgien général,C.Everett Koop qui est allé jusqu'à dire que 90% des cancers liés au tabac étaient causés par la radioactivité.
    Une note de la compagni de tabac Ligget & Myers prouva une fois pour toutes que les cadres des compagnies de tabac connaissaient tous les risques causés par les radiations, mais qu'ils avaient choisi de les ignorer.
    Lors des fameux procès contre les multinationales de tabac, qui conduisirent à un accord jalon dans la lutte contre les compagnies de tabac, on ne révéla jamais rien au public sur la radioactivité des cigarettes.
    N'eut été la divulgation de mémos et de documents secrets internes, très peu d'individus en dehors de la communauté scientifique auraient soupçonné qu'allumer une cigarette déclanche une réaction volatile de particules radioactives plus nocive que la nicotine.
    Les cadres des compagnies l'ont toujours su, ainsi que les chercheurs qui, parfois, ont en vain tenté de  les mettre en garde.
    Heureusement que le vrai lien entre le cancer du poumon et le tabac, enfoui sous un tas de papiers et de documents que les avocats ont eu du mal à trier, a pu être mis au jour et qu'avec la sensibilisation du public, on pourra un jour enfin mettre un terme à la guerre contre le tabac.
    Andrew Goliszek.
    Allumes-tu toujours ta clope?

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique