• L'ange du soir.
    L'ange du soir,
    Etrange être blafard,
    Regarde le visage de l'enfant
    dans son miroir.
    L'enfant être beau et sage
    ne souffle mot,
    d'un geste d'invite
    il caresse les ailes blanches
    et d'un clair sourire,
    s'ouvrit au regard de l'ange.
    Enfant des songes,
    l'ange le borda dans son ombre,

    et ainsi  il chassa les ténèbres.
    Y-L

    L'ange du soir.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    2 commentaires
  • Une enveloppe s'était égarée
    Sur le point d'être jetée
    Un ange attentionné  lui fit
    un don, oh! presque rien,
    juste un timbre.
    Enfin compostée...
    Elle fut remise à celle a qui
    elle était destinée.
    Un timbre en guise d'amitié,
    précieux en vérité que ce timbre là.
    Car muse l'avait composée pour combler
    l'amour d'un coeur esseulé.
    Y-L

    Lettre oubliée.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • De ma vie de vagabonde
    je ne retiens que peu de chose.
    Un peu de lumière,
    des jours de fête.
    cette vie foisonnante
    ces moments intenses
    ou les bêtes et les hommes
    pour un laps de temps très court
    se souviennent qu'ils ont en commun
    ce besoin vitale de vivre.
    La luminosité aussi celle des fonds de bois
    celle des prés bien vert,
    celle des lacs et des rivières.
    Ces beaux matins ou la brume se dispute
    avec la chaleur.
    Ces bruissements intenses, ces cries si différents,
    et les nuits, les nuits et la vie qui s'en découle.
    J'aime marcher le longs des chemins,
    le longs des rives et rivières,
    partagé ce moment de quiétude avec la nature.
    Ces doux moments là, j'aimerai les vivre avec
    toi , mais toi... tu ne le peux pas.
    Je t'aime.
    Toi.


    Y-L

    De ma vie de vagabonde.

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    3 commentaires
  • Ma muse m'a quitté,
    sans un regret,
    elle m'a jeté aux oubliettes
    du passé.
    Trop dur de te visité, m'a -t'elle rétorqué.
    Comment!
    de quoi donc te plains-tu?
    -de rien dit-elle, ton esprit est trop tordu,
    rend-le plus libre, et, de nouveau
    je viendrais te visité.
    Muse cruelle, tu as bien peu de cervelle.
    sans moi, tu n'existes pas...
    et moi, sans toi...
    je baisse les bras.
    Y-L

    Muse cruelle.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    6 commentaires
    1.  

      Besoin de temps...bon c'est lundi ça explique!

      A voir le temps qui passe,

    à ne plus savoir ou il va-
    Je sens en moi le besoin de temps.
    Il est si précieux,
    que j'en oublie parfois
    qu'il passe si vite-
    J'ai besoin de temps,
    pour oublier mes pertes,
    pour oublier mes erreurs,
    pour oublier mes peurs.
    Pour Aimer  à nouveau.
    J'ai besoin de temps,
    pour écrire,
    pour liberé mon coeur
    de ses vaines douleures.
    Pour continuer simplement de vivre.
    J'ai besoin de temps-
    Mais, qui de nos jours,
    n'en a pas besoin de
    ce temps?
    Y-L

    Besoin de temps...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    4 commentaires
  • Dans ce monde de douleur
    chaque jour on perd
    un frère, une soeur, une mère, un père
    nos grands-parents, nos petits-enfants
    des ami(es) et nos coeurs
    se gonflent comme un torrent
    que rien ne peut tarir.
    Autant de mots donnés
    en ces longues journées de deuil;
    autant de sourires, de mains à pressées,
    de bouches qui se collent sur nos joues.
    Les gens nous entourent, ils restent présent
    aussi longtemps qu'ils pensent que
    cela est respectable, nécessaire,
    puis, petit à petit on oubli
    et c'est là, à ce moment qu'il faut faire
    l'effort de téléphoner, d'écrire,
    de dire que malgré les jours passés,
    ils ne sont pas oubliés.
    Dans les prières, dans les pensées,
    que  nos coeurs restent attachés auprès
    de leur coeur, l'amour, l'amitié, se démontre
    de bien de façons.
    Chacun pleur, celui ou celle qui est parti (e).
    Le long chemin de la vie se termine
    mais l'homme garde dans son esprit une
    grande place pour l'absent(e).
    On laisse nos ami(es) pleurés ,
    mais qu'ils sachent que nous ne sommes
    pas si loin, on sait écouté le coeur en détresse
    et témoigné notre tendresse.
    Y-L

    Dans ce monde de douleur.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    3 commentaires
  • Pivoine, ma rose première,
    reine printanière-
    de ton coeur doublement ombré
    se dégage de petites notes sucrés.
    demoiselle se gardant
    de sa pureté
    au soir en un point serré.
    Au levé du jour, tu dévoiles
    toute ta tendresse et ton charme,
    bourdonnants ne s'y trompent pas
    et
    c'est avec hardiesse et émoi
    qu'ils viennent et festoies,
    puisant  en toi
    la chaleur et l'amour de ton coeur de velours.
    Pivoine, ma rose première
    tu restes ma rose
    printanière.
    Y-L

    Pivoine.
    photo de josé.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique