• Le jour des morts, ne remue pas la terre si tu ne veux pas sortir les ossements de tes pères.
    ****
    Filles, voyez l'épi du blé, quand il est beau il baisse le nez.
    *****
    Le physalis fournit un petit vin délicieux et médicinal, c'est peut-être pour cela qu'on l'appelle l'"amour-en-cage".
    ****
    Pomme mangée dans le contentement vaut mieux que perdrix dans le tourment.
    ****
    Les vignerons se servaient des graines de l'achillée pour conserver le bon vin dans les tonneaux.
    ***

    Mieux vaut faire le fou que labourer en temps de mou.
    ****
    " Fromage,poire et vin est repas de vilain", disait-on autrefois... Quelle sagesse.
    *****
    Quand les corneilles vont vers le vent, il faut s'habiller jusqu'aux dents.
    ****

    Proverbes, Dictons.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • -Hélas! dit la souris, le monde devient plus étroit chaque jour.
    Il était si grand autrefois que j'ai pris peur,
    j'ai couru, j'ai couru, et j'ai été contente de voir enfin,
    de chaque côté, des murs surgir à l'horizon;
    mais ces longs murs courent si vite à la
    rencontre l'un de l'autre que me voici déjà dans
    la dernière pièce, et j'aperçois là-bas le piège
    dans lequel je vais tomber.
    - Tu n'as qu'a changer de direction, dit le
    chat en la dévorant.
    Kafka.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire

  • Peine, rends moi l’oubli.
     Peine, ma peine.
    Peine, ma peine, quand tu m’étreins
    Quand tu me malmène.
    peine, ma peine reine souveraine
    Tu te glisse en moi et tu y fais des dégâts.
    Peine, ma peine, lâche l’étau de tes bras
    Et parts loin de moi, rends moi mon esprit
    Et mes nuits…
    Peine, ma peine, que reviens alors le bruit
    De ma vie. 
    Peine, ma peine quand tu m’entraîne
    quand de tes doigts froids,
    Tu t’enfouis au dedans de moi
    Peine, ma peine, comme j’aimerai
    Etre loin de toi.
    Peine, ma peine, à l’aube de ma vie
    ,
    Je te laisse à ta haine.
    Y-L

    Je


    P
    Y-L

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Tu m’aimes?… Qu’est ce que tu fais?
    Tu ne dis rien. Mets-toi plus près.
    Laisse ces choses qui t’occupent,
    et viens t’étendre ici, voyons!
    Je ferai bien attention.
    Je ne friperai pas ta jupe.
    Ôtons  les coussins s’ils te gênent.
    Tâchons de nous installer bien.
    Et donnez-moi vos mains, vilaine,
    et mettez vos yeux dans les miens.
    Si vous saviez comme on vous aime!
    Regardez-moi mieux… Encore mieux!

    ça doit bien se voir dans mes yeux
    que je t’ai donné tout de moi-même!
    Tu le vois, dis? Tu le comprends?
    Mon amour, ce soir est si grand,
    si grave, si profond, si tendre!…
    1913.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • » La nuit dernière, quand moi, la reine, je resplendissais.
    La nuit dernière, quand moi, la reine du ciel,
    je resplendissais, je dansais.
    Je modulais un chant
    devant l’éclat de la lumière tombée du ciel,
    il m’a rencontrée, Le seigneur Tammouz m’a rencontrée
    Le seigneur a mis sa main dans ma main
    Tammouz m’a embrassée.
    Mon aimé a placé sa main dans la mienne,
    Son pied près du mien
    Il a pressé ses lèvres sur ma bouche et
    a pris avec moi son plaisir. »
    D’après les tablettes Suméro-Babyloniennes,
    2500 ans avant Jésus-Christ.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • " Mais toi perdu, quel espoir me reste?
    Quelle raison de durer sur terre
    ou je n'ai d'autre soutien
    que de savoir que tu vis

    - puisque tout autre jouissance de toi m'est interdite,
    puisqu'il  ne m'est pas permis de goûter ta présence,

    qui pourrait parfois me rendre à moi-même?

    Lettre d'Eloïse à Abélard.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  •  Perdue dans mes pensées, je voyage et vogue loin de tout.
    Je chemine à travers les âges, et, mon but et indéfinissable.
    Rien de comparable avec le vent du matin, qui chagrin se
    mêle à la pluie pour mieux me nuire. Je suis une vagabonde
    et pourtant je reste perdue dans les ombres de ce beau ciel
    de nuit. Moi l’étoile du soir, celle qui indique le chemin, je
    voyage à travers les âges, je vais mon chemin sans fin. Qui
    aujourd’hui me voit? Qui aujourd’hui me regarde? Il est loin
    le temps ou hommes vous leviez vers moi vos yeux, afin que
    je vous montre le bon chemin… Je suis toujours là! Je vous
    attends, levez donc les yeux et mirer moi, je veille sur vous.
    Y-L
    218efa4e.gif

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique