• L'histoire se passe il y a déjà bien longtemps, au bord de la Manche, ou vivaient un prince et sa cour. Il vit un jour arriver une barque tirée par un cygne et de laquelle descendit un beau jeune homme tout de blanc vêtu.
    Malgré l'étonnement suscité par cette apparition, le prince accueillit aimablement le jeune homme et lui demanda son aide pour chasser les pilleurs, fléau de la région à cette époque.

     L'homme en blanc accepta à la seule condition qu'on ne lui pose pas de question sur ses origines.
    Quelque temps plus tard, après avoir vaillamment aidé le prince, il épousa la princesse Béatrice.
    Le chevalier blanc se décida alors à raconter son histoire à sa jeune épouse.
    Il raconta qu'un jour, un seigneur avait rencontré une fée qui se baignait, une chaîne d'or à la main.
    Pour l'obliger à devenir son épouse, le seigneur s'était emparé du bijou.
    Après leur mariage, la fée avait donné naissance à 4 enfants d'un coup, 3 garçon et 1 fille, portant chacun une chaîne en or autour du cou.
    Sa belle-mère qui détestait la belle fée avait fait remplacer les enfants par des chiots et envoyer un serviteur tuer les enfants dans la forêt.
    Le seigneur avait cru que sa femme lui avait donné des chiots comme héritiers et pour la punir, il l'avait fait enterrer à demi dans la salle d'honneur du château, l'obligeant ainsi à manger comme les chiens.
    Sept ans plus tard, en se promenant loin de ses terres, le seigneur avait remarqué 5 enfants portant des chaînes d'or au cou.
    Etonné, il en avait parlé à sa mère. Celle-ci avait alors compris que le serviteur n'avait pas tué les enfants et elle avait envoyé un autre de ses servants récupérer les chaînes d'or.
    Le serviteur avait alors découvert que les enfants se transformaient en cygnes dans l'eau, laissant leur chaîne d'or à la garde de leur soeur.
    Le serviteur s'était emparé des bijoux et avait couru au château, suivi par la fillette suppliant de lui rendre les précieux objets qui permettaient à ses frères de reprendre forme humaine.
    La belle-mère avait tenté de faire fondre les colliers par un orfèvre, mais celui-ci n'avait réussi qu'à abîmer l'un deux.
    Pendant ce temps, la fillette errait dans le château avait rencontré sa mère à demi enterrée et le seigneur avait fini par comprendre toute l'histoire.
    il avait donc libéré son épouse, rendu les colliers aux garçons qui étaient redevenus humains, à l'exception de celui dont le collier avait été abîmé par l'orfèvre.
    Ainsi s'acheva l'histoire du Chevalier Blanc qui révéla à son épouse que le cygne qui l'avait conduit jusque là, était son frère et que maintenant qu'il avait libéré le pays des pillards, il devait repartir avec le cygne...et, il disparût.
    Son épouse donna quelques mois plus tard naissance à un garçon qui mena de nombreuses batailles, avec son armée qu'il faisait précéder de cygnes blancs.


    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Simplement Vivant.
    Ne te voile pas la face, ne reste pas non plus de glace.
    Ouvre  à toute heure ton âme et ton coeur,
    tu en recevras le double honneur.
    Perdu sur son chemin l'homme cherche toujours la lumière.
    Tel un fanion, perdu dans la nuit de glace ,


    il recherche un peu de chaleur et celui qui
    de sa main tendue offre alors ce petit bout de lumière ,
    si petit soit -il, verra sa maigre journée
    et l'abîme de sa tristesse comblée par le mince sourire qui,
    éclairera le visage de l'homme égaré.


    Il faut si peu de chose en ces jours pour que nous,
    nous sentions simplement vivant.
    y-l
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Sire chat et son Petit poisson.

    Un chat sur un prunier percher tenait en ses crocs un poisson.
    _ " Pardon lui dit ce  dernier".
    Sire chat fort étonné chercha d'ou venait ce son.

    _" Ce n'est que moi , oh Sire chat! Moi le pauvre petit poisson qu'en vos crocs, vous tenez. Ne croyez pas que je me montre ingrat...votre choix est très bon...mais, petit je suis ne trouvez vous pas! Une seule bouchée et me voila gobé!"

    En sifflotant pour ne pas
    desserrer  ses crocs...Sire chat voulu répondre
    _" chur  choisson mais je n'ai que toi!"
    Se tortillant le petit poisson arriva à toucher le nez de Sire chat

    _" Me voyez-vous là Sire chat?"
    Ruminant et grondant Sire chat crachotta ce faisant...il redressa sa tête et ainsi regarda le poisson
    _" Me chrois tu bête choisson? Tout petit que tu sois, tu seras tout de même mon repas, mais comme maître corbeau Sir chat oublia que parlant , il ouvrit un peu plus sa gueule.

    Petit poisson en profita d'un souple frétillement, il s'envola et retomba là juste dans la petite Saumière ...Sire chat miaula de colère et petit poisson tout frétillant  osa un beau saut en dehors de la Saumière...


    _ Un jour poisson tu finiras dans mon estomac et j'aurai gagné.
    _ Un jour Sire chat...mais pas ce jour ...et petit poisson vécu de long jours  en jubilant du bon tour qu'il joua un jour qu'il était enfant à un pauvre Sire chat.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • " On vit de ce que l'on obtient."

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • " La vie? Le voyage vaut la peine d'être fait une fois".

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Au fil de l'eau. C'est un chapelet de prairies humides situées près du marais des Pâtures en bordure d'Argentan. Les crues d'hiver, la nature tourbeuse des sols, la faible élévation et les nombreux fossés ont permis à la flore d'avoir presque toujours les pieds dans l'eau.
    Plantes rares et oiseaux caractéristiques des zones humides comme la Bécassine des marais cohabitent avec des chevaux camarguais et des bovins écossais, chargés de l'entretien du marais.
    Informations pratiques-accès libre, sentier des " Pâtures" à Argentan ( 2000 m).

    Comment s'y rendre: accès parking à Argentan, centre ville.
    Visites guidées: mairie d'Argentan. Tel: 02 33 36 40 00.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Personne ne l'avait prévenu, seul, il se tenait seul,perdu devant l'immensité.L'invitation était pourtant bien réelle...alors ou était-elle? Il chercha, chercha jusqu'au soir et resta les bras ballant face à l'océan qui devint son miroir...quel homme incarnait-il face à cette immensité?


    Etait-il toujours ce fringant jeune homme qui plaisait tant aux femmes ou était-il devenu transparent? Le miroir de l'océan lui rendit espoir, beau,il l'était encore, droit et bien vert pour ses trente ans alors!!! que c'était-il passer entre l'envoie de cette invitation, le temps de la réflexion, puis...de renvoyer sa réponse positive.



    Quoi! il n'aurait pas
     attendre si longtemps? Pourquoi donc! Il l'attendrait jusqu'à demain puis...il reprendra le train qui, le ramènerait à Toulouse. Tant pis si elle ne venait pas. Un rêve, un rêve éveillé l'avait conduit à répondre à l'invitation de cette inconnue et puis...Il était encore là au petit matin alors que l'aube se levait et que l'océan mugissait, écumant ses vagues folles allaient et venaient lui léchant presque les pieds.




    Il soupira, encore une heure et après je parts... se promit-il. Il allait pour se tourner quand soudain son regard accrocha une douce lumière.
    Étonné et presque subjugué par l'apparition, il attendit le coeur battant la chamade.



    Elle était venue tout compte fais, elle était là à le toucher un sourire d'une grande douceur sur ses lèvres pleines...douce invitation aux baisers. Elle lui tendit la main, il s'y accrocha et ensemble,ils allèrent rejoindre le fond de l'océan. L'invitation du rêve  venait de se réalisé.



    Il revint plusieurs jours plus tard, étonné de se retrouver seul,abandonné sur cette belle plage. Il chercha longtemps, son rêve le tenait encore éveillé. Il se souvint des tendres moments passés avec sa belle mais...ou était-elle passé?



    Son rêve  le garda prisonnier de longs jours encore puis, par un triste matin, il s'éveilla seul, trempé, nauséeux, fiévreux. Il rentra chez lui à Toulouse et chercha à oublier. Un mois plus tard...une belle jeune femme sonna à sa porte. Il ouvrit...son rêve se tenait devant lui,elle lui remit une lettre et sans un mot, elle s'enfuie.



    Cette lettre,je la garde précieusement,j'ai atteint l'âge ou le temps n'a plus la même saveur,ou on prend justement le temps de
    savourer les rêves éveillés ou pas. Aujourd'hui j'ai quatre vingt dix ans et je retourne ce soir sur ma plage doré. Je le sais...
    l'invitation reste ouverte et je peux y répondre.y.
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires