•  

    Les hommes ont toujours eu beaucoup de courage
    pour supporter les malheurs des femmes.
    emoticone

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  •  La douce chanson du vent.
    Une petite histoire que je vous conte là.
    Mirabelle est une petite prune toute ronde et gorgée de soleil. Elle adore quand le vent doucement la balance de droite et de gauche. Elle se sent alors toute heureuse car se dit-elle, : » je serais blonde de tout les côtés ».Mirabelle continue de grossir et s’étonne auprès des autres qui elles aussi prennent du poids. : Dites les filles, vous ne trouvez pas que là c’est un peu de trop? Ma face cachée n’est-elle pas trop ronde? Non, leur répondent-elles, regarde nous, nous aussi nous prenons du poids. oui mais si cela continue, nous allons tombée non?- Oui Mirabelle! c’est ainsi que cela doit être pour nous… Ah bon! Mais alors, pourquoi donc le vent nous chante t-il  la  chanson de la mirabelle si belle et si blonde qu’elle fond dans le fond du chaudron? Ah! Toi aussi tu l’as entendue? Nous sommes si blonde Mirabelle que le vieux monsieur viendra peut être nous cueillir dès demain…Et en effet, le vieux monsieur un panier à la main s’approcha du mirabellier et tout chantonnant : Et une et deux, je vous mets dans mon panier, belle est douce mirabelle vous êtes fondantes et à croquer. Dès demain vous irez au fond de mon chaudron et je vous mangerais . Mirabelle est affolée: Non pourquoi veut-il nous manger? Et alors, doucement dans les branches du mirabellier on entendit la chanson du vent. Douce et belle mirabelle sur tartine bien beurrée vous serez blondes à croquer. N’est ce pas qu’une bonne confiture de mirabelle sur une tartine beurrée est un  vrai plaisir? Alors c’est le temps et confitures enchantées régaleront la bouche de vos petits et grands…
    emoticone
    Y-L

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  •  Préparation: 20 mn
    cuisson: 23 mn.
    Pour 4 personnes, 800 g de poisson blanc surgelé, 1 oignon, 2 gousses d’ail, 1 cuil à café de gingembre moulu, 1 pincée de piment fort, 1 cuil à café rase de curcuma, 1 cuil à café de graines de moutarde, 1 bonne pincée de safran en filaments, 1 cuil à soupe de vinaigre, huile de friture ( 20 cl environ) , 2 cuil à soupe d’huile d’olive, sel, poivre du moulin. Cuire le poisson: décongeler le poisson, couper le en gros morceaux, saler et poivrer, faites chauffer l’huile de friture et faites frire le poisson 5 mn, égoutter sur du papier absorbant, réserver. Faire revenir les épices: éplucher et hacher l’ail, peler l’oignon et émincer le, faites chauffer l’huile d’olive neutre dans une sauteuse, faites revenir le gingembre, l’oignon, l’ail, le curcuma, le safran, le piment et les graines de moutarde ensemble pendant 5 mn, ajouter le vinaigre et poursuivez la cuisson 3 mn. ajouter  ensuite le poisson délicatement et faites mijoter pendant dix minutes, ajouter un peu d’huile et de piment si nécessaire. du bon riz long grain et bon appétit.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    1 kg de pain complet rassis, 500 g de graisse végétale, 1 paquet de levure de bière, 1 kg d’oignons, 250 g d’olives, 700 g de champignons, thym, laurier, muscade,sel. Faire tremper le pain dans l’eau. Emincer l les oignons et les faire fondre dans la graisse ( ils ne doivent pas se colorés). Hacher les champignons et les olives dénoyautées. Faire cuire doucement avec les aromates. Lorsque la préparation est cuite, ajouter le pain essoré, puis la levure et le sel. Mettre le tout dans un moule, bien tasser et faire cuire trente minutes.emoticone

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  •  D’ici le milieu de ce siècle, les rêves les plus fous des écrivains de science-fiction ne pourront rivaliser avec ce dont la science et la médecine seront capables. Dans le Laboratory, au Nouveau Mexique, l’utilisation de super-ordinateurs et d’analystes de données de pointe accélère le développement des vaccins, des traitements et médicaments résistant aux mutations des pathogènes. En liaison avec un consortium d’institutions académiques, de compagnies pharmaceutiques et de sociétés spécialisées en biotechnologies, les chercheurs de Los Alamos ont développé des modèles informatiques capables de dévider les séquences moléculaires de façon à créer des médicaments synthétiques sur mesure. La guerre biologique du XXIe siècle aura vraiment lieu sur le champ de bataille hospitalier et dans les cabinets des médecins, ou les souches des germes les plus mortels seront devenues aussi inoffensives que le plus banal des rhumes. Certains des outils de modélisation informatique ont d’abord été développés pour analyser des virus à mutations rapides tel que le VIH, puis étendus pour inclure le nouveau domaine de la  » diversité moléculaire ». Le but de ce domaine, très prometteur au sein de la génétique, est de contrôler et de diriger l’évolution en créant un environnement dans lequel les molécules évolueraient à travers une sélection artificielle, au lieu de la sélection naturelle fortuite. Selon Dateline Los Alamos, en générant au hasard des milliards de molécules diverses d’ADN, d’ARN, de protéines et autres molécules pour déterminer lesquelles résistent le mieux à l’introduction dans un récepteur, par exemple, les meilleurs candidats sont identifiés et reproduits par mutation, véritable évolution accélérée en laboratoire. Ce processus de sélection artificielle permettra aux scientifiques de développer et de tester une quantité énorme de variantes en quelques heures et de générer un volume non moins impressionnant de données sur la diversité moléculaire.
    à lire le livre de:
    Thierry Souccar. journaliste.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Comme un tourbillon, je suis né d'une fine poussière, les feuilles et les brindilles qui tombent lentement me nouent entre elles. La fin de l'été, le début de l'automne, le vent nous entraîne dans ce tourbillon, valse puissante, fracassante, nous jetans sur tout ce qui se trouve devant nous.
     

    Le tourbillon que je suis n'a pas envie de vous faire souffrir...ni de détruire  ce qui est à vous...mais le vent furieux  lui n'a pas cette conscience,il chante avec force et malmène les pauvres passant.


    La pluie qui souvent l'accompagne essaie de se faire douce mais...tenace,le vent jette ce que nous sommes devenu...un tourbillon
    turbulent, ventripotent, volant sur son passage le maigre abri.


    Je ne suis qu'un petit tourbillon, qui forcé par le vent devient un
    maelstrom infâme. 
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • L'histoire se passe il y a déjà bien longtemps, au bord de la Manche, ou vivaient un prince et sa cour. Il vit un jour arriver une barque tirée par un cygne et de laquelle descendit un beau jeune homme tout de blanc vêtu.
    Malgré l'étonnement suscité par cette apparition, le prince accueillit aimablement le jeune homme et lui demanda son aide pour chasser les pilleurs, fléau de la région à cette époque.

     L'homme en blanc accepta à la seule condition qu'on ne lui pose pas de question sur ses origines.
    Quelque temps plus tard, après avoir vaillamment aidé le prince, il épousa la princesse Béatrice.
    Le chevalier blanc se décida alors à raconter son histoire à sa jeune épouse.
    Il raconta qu'un jour, un seigneur avait rencontré une fée qui se baignait, une chaîne d'or à la main.
    Pour l'obliger à devenir son épouse, le seigneur s'était emparé du bijou.
    Après leur mariage, la fée avait donné naissance à 4 enfants d'un coup, 3 garçon et 1 fille, portant chacun une chaîne en or autour du cou.
    Sa belle-mère qui détestait la belle fée avait fait remplacer les enfants par des chiots et envoyer un serviteur tuer les enfants dans la forêt.
    Le seigneur avait cru que sa femme lui avait donné des chiots comme héritiers et pour la punir, il l'avait fait enterrer à demi dans la salle d'honneur du château, l'obligeant ainsi à manger comme les chiens.
    Sept ans plus tard, en se promenant loin de ses terres, le seigneur avait remarqué 5 enfants portant des chaînes d'or au cou.
    Etonné, il en avait parlé à sa mère. Celle-ci avait alors compris que le serviteur n'avait pas tué les enfants et elle avait envoyé un autre de ses servants récupérer les chaînes d'or.
    Le serviteur avait alors découvert que les enfants se transformaient en cygnes dans l'eau, laissant leur chaîne d'or à la garde de leur soeur.
    Le serviteur s'était emparé des bijoux et avait couru au château, suivi par la fillette suppliant de lui rendre les précieux objets qui permettaient à ses frères de reprendre forme humaine.
    La belle-mère avait tenté de faire fondre les colliers par un orfèvre, mais celui-ci n'avait réussi qu'à abîmer l'un deux.
    Pendant ce temps, la fillette errait dans le château avait rencontré sa mère à demi enterrée et le seigneur avait fini par comprendre toute l'histoire.
    il avait donc libéré son épouse, rendu les colliers aux garçons qui étaient redevenus humains, à l'exception de celui dont le collier avait été abîmé par l'orfèvre.
    Ainsi s'acheva l'histoire du Chevalier Blanc qui révéla à son épouse que le cygne qui l'avait conduit jusque là, était son frère et que maintenant qu'il avait libéré le pays des pillards, il devait repartir avec le cygne...et, il disparût.
    Son épouse donna quelques mois plus tard naissance à un garçon qui mena de nombreuses batailles, avec son armée qu'il faisait précéder de cygnes blancs.


    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire