• L'Ange Blanc.

    Naïaly s'éveilla, son gros nuage venait de virer au gris bleuté signe flagrant d'un danger imminent ou presque.


    Venant de vivre par rêve interposé une magnifique histoire, ou l'amour( presque toujours) y avait une grande place, elle s'étira et jeta un sombre regard vers son nuage, qui tout penaud se déversa en onde mauve.

    Puis elle regarda en direction de son fidèle ami; celui qui d'une plume soufflée pouvait faire naître les plus beaux des rêves.
    Elle haussa ses épaules et se mit à rire doucement.


    Son nuage frétilla. Naïaly vivait en cet endroit depuis presque  soixante ans et chaque nuage, chaque Ange  connaissait son histoire.
    La blondeur de ses cheveux contrastaient avec ses prunelles d'un ocre incroyable.
    De son vivant, elle avait su charmé plus d'un homme et mis à ses pieds celui qui durant quarante cinq ans fut son époux.

    C'est la fin tragique de Naïaly qui mit un terme à cette romanesque histoire d'amour. Longtemps Naïaly avait guetté son époux et lorsque celui-ci ferma les yeux elle espéra très fort.
    Mais Lyandro ne vint jamais la rejoindre.


    Oh! elle le savait pourtant, quand l'homme faisait de sa vie un cloaque, son espérance en était amoindris.
    Lyandro n'était pas un homme mauvais, mais son commerce d'arme n'en faisait pas un homme bon.
    Il fallait avoir une âme sombre pour vendre des armes de guerres à des peuples qui bien que soumis à d'autres se massacraient les uns et les autres en rejetant la faute sur le plus puissant ou le plus faible.

      Vaste problème et Lyandro avec son commerce avait permis ces massacres.
    Oui, c'est vrai, si ce n'était lui, c'en serai un autre.

    Fable pour mieux gagner de l'argent, poudre d'escampette,pirouette, tous cela ne servirait à rien devant la Grande Porte de la vie.
    Naïaly était déçu, c'est peu de le dire.

    Ses amis lui avait  confier ( pour lui faire oublier Lyandro) plusieurs missions.
    Pas folle, elle avait bien comprit, mais accepta ces missions avec joie. Elle parcourue ainsi divers régions, puis elle rejoignit grâce à son nuage, la Porte Blanche.

    Après plusieurs années d'errance, elle revint vers son point d'attache. Sa plus difficile mission fut de ramener vers le Fondateur un être d'une grande importance.


    Elle ne pouvait en parler et bien qu'elle soit une grande bavarde, elle sut tenir sa langue et aucuns de ses amis ne chercha à connaître le fin mot de l'histoire.
    Mais, ils se dirent que puisque Naïaly était de retour c'est que tout c'était passé au mieux pour celui qui serait un jour un pion d'importance dans le grand jeu du fondateur.


    Son nuage continuait pour l'heure d'être gris et soudain Naïaly ressentit une violente douleur dans la poitrine ( oui les anges ont une poitrine, du moins dans mon histoire).

    Se sentant affaiblit et reconnaissant le signe, Naïaly pleura doucement. La douleur devint atroce.
    Se courbant sous l'intensité de celle-ci et ne pouvant rien y faire, Naïly se tourna vers les Tour des Mondes; là, elle vrilla ses prunelles sur la plus haute des Tours et ses lèvres bougèrent lentement .
     

    Une mélopée que les Anges connaissaient bien sembla flottée dans l'air. Tous oui, tous se levèrent et fixèrent qui de leur prunelles bleues,noirs,marrons ou vertes la vision de Naïaly.


    Un frisson de frayeur plongea dans le coeur tendre de Naïaly.
    L'être des sombres présages, celui ou celle qui un jour viendrais par la Porte des Mondes, cet être là venait de recevoir un pouvoir immense; plus grand que celui des Anges.

    Naïaly  versa des larmes amers car le pouvoir de cet être-la, venait de la plus haute des Tours.

    Ils frissonnèrent tous et tous murmurèrent, mais une voix tonna
    " Silence"

    et tous se replièrent dans leur nuage, tous,non, Naïaly resta debout.
    Alors, comme un doux murmure, la voix vint caresser  l'esprit de l'enfant que redevint Naïaly.

    "-Petite, mon doux ange, fais moi confiance, je sais,tu crains pour ceux que tu aime, mais je suis là, laisse ce problème suivre son cour.
    Tu savais Petite, qu'un jour elle viendrait.


    Oui, j'ai sauvé son âme, mais toi, Naïaly, toi, tu sauveras sa vie.
    Pas aujourd'hui mon Ange, pas demain non plus... garde pour moi ton coeur, ton âme j'en prends soin."


    Les anges alors entonnèrent le chant de victoire et la Petite se redressa fière d'être ce jour celle qui  un autre jour un autre temps ferait  pesé la balance.


    De quel côté?
    Pour ce jour, pour cette heure,
    Naïaly ne le savait pas.
    Son coeur d'Ange palpita tel un oiseau
    dans une grande cage, puis soudain,
    un éclair de lumière
    rendit au nuage sa belle couleur blanche.
    La bataille commencera demain.L'Ange Blanc.

    y-l
    « L'ange noir.Abeille. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :