• Une jolie langoustine en pinçait pour un vieux crabe. Chaque fois qu’elle le croisait, son coeur était à marée haute. Mais le papi, connaissant tous les secrets de l’océan, ne s’en laissait pas conter.


    La belle eut alors une idée… Lui, il avait bien compris, c’est pas à un vieux crabe qu’on apprend à faire le pitre n’est ce pas! Bon ses petits bruits l’émoustillaient ça c’est sûr mais…pardi l’âge , pardi l’âge était un frein.


    Il ne pouvait oublié cela d’ailleurs…ses frères et soeurs le lui feraient bien remarqués et de la plus vivace des façons.
    ça, il le voyait d’ici. Il bulota cherchant comment se défaire de cette amourette.Il eut une inspiration…Il alla voir la belle Murèse, elle, elle pouvait il en était sûr lui donnait les bons tuyaux.

    Certes, il lui fallait pour cela y aller avec les pinces chargeaient de ces beaux cailloux chamarrés qu’elle aimait tant. Il poussa un profond soupir. La bulle qui s’en échappa le fit sourire.


    Ah! pensa t’il que n’ai-je pas trois cent rond de moins…la question ne se poserai même pas et je pousserai cette belle demoiselle au fin fond de mon repaire et là oh ma jolie…le grand bal des bulles et des bruits serait donné.
    Ah! La jeunesse pourquoi n’est-elle pas éternelle?Pensée profonde s’il en est…Il traîna son butin sans regarder derrière lui. Pourtant, il aurai dû. Le brûlant regard qui l’accompagna jusqu’au bout lui aurai fait froid dans la carapace.


    Il frappa, attendit. La porte s’ouvrit. Une belle et pimpante frimousse lui sourit. Elle l’invita à entrer et ce faisant aperçu le regard acérés de la belle langoustine.Elle ourla ses fins cils et claqua la porte.

    _Que me vaut cet honneur mon très cher Crabeur?
    _Ah mon amie…il y a bien longtemps n’est ce pas!
    _Oui très longtemps. Le temps passe si vite. J’ai le souvenir de ta dernière visite et le plaisir qu’elle m’occasionne sera t’elle de même ce jour?

    _ Je le crois très chère, je n’ai pas oublié ta petite folie et j’amène avec ma personne de quoi te ravir si, tu le souhaite! Il claqua de ses mandibules ce qui émoustilla la belle Murèse…cliquetant à son tour, elle le regarda hardiment mais presque aussitôt elle se ferma.


    Ce n’est pas l’envie qui m’en manque et tu le sais très bien…mais, j’ai promis à Murètre que plus jamais je ne regarderai un autre que lui tant qu’il sera vivant et, bien que très mal en point, il vit encore.
    Un soupir fendit l’âme de Murèse et lui, il s’en ressentit aussitôt.
    _Ecoutes-moi Murèse, je viens non pas pour te faire souffrir mais pour te demander ton aide.
    _Oh, je vois! Donc serais ce à cause d’une brunette, d’une rouquinette, d’une blondinette à multiples pincettes?


    Ou à cause d’une petite chose toute rose et malade de jalousie qui, t’aurai suivit jusqu’ici vieux crabe que tu es?_Quoi! Elle m’a suivit? Mais que va t’elle s’imaginait là…



    Oh la pauvre choupinette qui doit claqueter de tous son petit coeur oh Murèse que dois-je faire…elle est bien trop jeune pour le vieux crabotin que je suis!
    _Laisses moi faire mon p’tit et puis tu sais l’âge!!! Dis toi bien que si elle t’a suivit c’est parce qu’elle en pince pour tes beaux yeux…Laisses-là faire, je suis sûre qu’elle a un plan.
     
     

    Bien, tu rentre chez toi et tu la laisses venir et puis prends mon conseil comme il vient…l’âge est peu important, notre vie est si vite passer, tu as échapper aux filins, tu es veinard,alors…prends ce qu’il te reste de temps et viva la vie!


    Fort de cela le vieux crabe ressortit la tête basse afin de faire croire à la p’tite langoustine qu’il n’avait pas fait affaire avec la belle Murèse.
    Cette fois il prit garde de regarder par dessous ses pinces et une très grosse bulle lui échappa. Ahhh oui, elle est là.Il se faufila tel le crabe qu’il était pensant la débusquer un peu plus loin mais, ce fut le contraire qui se passa…
     

    elle le coinça entre deux rochers et son regard envoyé des flamme.
    _Bonsoir mon crabotin tu fais quoi si tard loin de chez toi? _Oula…je pense que c’est ma réplique ça non!
    _Hum mon crabotin, tu es pris et bien pris, si tu veux vivre vieux tu feras ce que je te dis tu m’entends bien?


    _Oui certes, vieux je suis mais pas tout à fait décati mignonne!
    _ Hum crabotin des mots et des mots encore et toujours des mots!
    _ Fasse que ce ne soit que des mots petite.
    _Oui bien moi je veux des actes et pas qu’un peu mon crabotin, je t’ai et je te tiens bien, tu es à moi.



    Elle le tins si bien, qu’ils finirent sans s’en apercevoir dans un grand filin qui traînait dans le fond de l’océan. Ils furent rejeter car l’un des homme les prirent pour un gros caillou ce qui disons le…leur sauva les pincettes.


    Au fond de l’océan par un temps peu venteux, on peut apercevoir à l’école de Mistress Muraséne un étrange mélange…des petits crabes qui n’en sont pas réellement et des petites langoustines qui elles non plus n’en sont pas réellement…Heureusement qu’à l’écrit tout est permis non?y-l
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Petite histoire de F. F, se sent patraque, fatigué, il faut que F, dise à maman qu'il a de la fièvre.

    F, appel très fort:" mamannnn! Maman arrive et regardant F elle lui dit:" Tu es fiévreux mon petit filou!" Oui, répond F, j'ai froid, et la fenêtre est rester ouverte toute la nuit.

    Fibule le chat est venu me tenir compagnie, mais, Filandre à gronder après lui, alors je l'ai fait fuir par la fenêtre et il faisait froid.

    Je vais te faire un bon jus de fruits bien frais, tu pourras le boire avec une paille. Je vais enlever les fleurs, elles sentent bon,mais des fleurs dans une chambre ce n'ai pas bon.

    Papa arrive, il voit F, frissonner dans son petit lit, il faut que tu gardes la chambre F. ding-dong, c'est le facteur...il dira à la famille que F et fiévreux.

    Ce bon facteur qui connaît tout le monde, fier,courageux, froid ou chaud, il apporte le courrier.

    Fit donc dit papa, mon fils et souffrant, la fièvre le fait frissonner, le médecin va venir et fera baisser la fièvre. J'ai mis des fraises , des figues, des framboises et un peu de miel que Fanette nous a offert. Bois F, tu iras un peu mieux après.


    F, boit son jus et se sent mieux. F, sait que les fruits c'est bon pour la fièvre, alors, il boit tout. Soufflant et toussant F, se dit que le lit par ce froid c'est drôlement bien.

    Fanette vient voir ce qui se passe:" Alors mon petit F, comment te sens tu?J'ai froid, je frissonne, j'ai de la fièvre. -Oh pauvre F, c'est un refroidissement que tu as, ce n'est pas grave.


    Maman ordonne à tous le monde de sortir de la chambre. F, doit  faire un somme,  ne faites pas trop de bruit. F, en effet sent bien que la fièvre le fait doucement dodeliner de la tête.

    Finalement F, après trois jours de fièvre fait de nouveau des bêtises, il va bien mieux. F est très heureux, fibule est revenu le voir et câlinant le chat F, sait que la fièvre n'est plus là.

    Trouves avec maman les F, f, et mets les en couleurs.
    Amuses toi bien.
    y-l

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    2 commentaires
  • Compère Lapin apparaît souvent dans les récits afro-américain, notamment en Caroline du Sud.
    Chaque matin, en se rendant aux champs, Compère Lapin passait devant le bon vieux coq, perché au sommet de la grange et occupé à s’époumoner. En fin de journée, quand notre ami rentrait de son travail, il trouvait la volaille fidèle à son poste… mais sans tête et sur une seule patte.  » Ohé, monsieur le coq! cria t-il un soir. Pourquoi vous débarrassez-vous tous les jours de votre tête et de l’une de vos pattes pour les récupérer au matin?- C’est ma façon de me reposer » répondit l’oiseau en ouvrant un oeil las.  » Pas mal, comme idée! songea le lapin sans beaucoup réfléchir. Je vais en faire autant. » Parvenu chez lui, il pria son épouse de le décapiter et de lui trancher trois pattes sur quatre, afin qu’il bénéficie d’un sommeil répCompère Lapin ou l'Imitation Stupide et Cuisante. dans Fables image002222-291x300arateur. Sans se poser de question, elle incisa l’une des pattes avant du Compère, lui arrachant un hurlement de douleur… qui réveilla le coq. Le volatile sortit de dessous son aile sa tête, qu’il avait voulu abriter des rayons de lune. Puis il déplia sa deuxième patte, qu’il tenait au chaud sous son ventre.  » Un peu de silence, s’il vous plaît! » fit-il avant de se rendormir. Comprenant sa méprise, Compère Lapin soigna sa blessure et se promit de raisonner davantage la prochaine fois: son manque de recul lui avait joué un vilain tour qui aurait pu lui être fatal.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    1 commentaire
  • Le mulet d’un prélat se piquait de noblesse.
    Et ne parlait incessamment
    Que de sa mère la jument,
    Dont il contait mainte prouesse.
    Elle avait fait ceci, puis avait été là.
    Son fils prétendait pour cela
    Qu’on le dût mettre dans l’histoire.
    Il eût cru s’abaisser servant un médecin.
    Etant devenu vieux, on le mit au moulin:
    Son père l’âne alors lui revint en mémoire.
    ( Quand le malheur ne serait bon
    Qu’à mettre un sot à la raison,
    Toujours serait-ce à juste cause
    Qu’on le dit bon à quelque chose.)
    Jean de la Fontaine.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  •  La douce chanson du vent.
    Une petite histoire que je vous conte là.
    Mirabelle est une petite prune toute ronde et gorgée de soleil. Elle adore quand le vent doucement la balance de droite et de gauche. Elle se sent alors toute heureuse car se dit-elle, : » je serais blonde de tout les côtés ».Mirabelle continue de grossir et s’étonne auprès des autres qui elles aussi prennent du poids. : Dites les filles, vous ne trouvez pas que là c’est un peu de trop? Ma face cachée n’est-elle pas trop ronde? Non, leur répondent-elles, regarde nous, nous aussi nous prenons du poids. oui mais si cela continue, nous allons tombée non?- Oui Mirabelle! c’est ainsi que cela doit être pour nous… Ah bon! Mais alors, pourquoi donc le vent nous chante t-il  la  chanson de la mirabelle si belle et si blonde qu’elle fond dans le fond du chaudron? Ah! Toi aussi tu l’as entendue? Nous sommes si blonde Mirabelle que le vieux monsieur viendra peut être nous cueillir dès demain…Et en effet, le vieux monsieur un panier à la main s’approcha du mirabellier et tout chantonnant : Et une et deux, je vous mets dans mon panier, belle est douce mirabelle vous êtes fondantes et à croquer. Dès demain vous irez au fond de mon chaudron et je vous mangerais . Mirabelle est affolée: Non pourquoi veut-il nous manger? Et alors, doucement dans les branches du mirabellier on entendit la chanson du vent. Douce et belle mirabelle sur tartine bien beurrée vous serez blondes à croquer. N’est ce pas qu’une bonne confiture de mirabelle sur une tartine beurrée est un  vrai plaisir? Alors c’est le temps et confitures enchantées régaleront la bouche de vos petits et grands…
    emoticone
    Y-L

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • En hippologie, le boute-en-train est un cheval placé au voisinage des femelles dont l'objectif est de vérifier si les juments sont en chaleur et ainsi de les disposer à l'accouplement. il peut également par sa présence les mettre en chaleur ( le verbe " bouter" signifiant " mettre", " pousser" et " en train" voulant dire " action", " en mouvement "  d'ou l'idée de mettre en action).

    Si, à l'approche du boute-en-train, la jument tape, rue et s'énerve, c'est qu'elle  n' est pas prête. Mais si elle se met à uriner, adopte la position campée et même accepte que l'étalon soit là ( et parfois sur son dos), c'est le bon moment pour la conception du poulain. Le boute-en-train peut donc s'occuper des " préliminaires" ( la jument n'étant vraiment fécondable qu'après plusieurs jours de cet état d'excitation) et " prépare" la jument pour que l'étalon n'ait plus qu'à déposer sa semence.


    L'usage de ce terme s'est répandue pour désigner une personne qui met tout le monde en train, qui excite les autres à la joie, qui met tout le monde en gaieté( perdant ainsi toute connotation sexuelle)." Les joyeux  boute-en-train de la pension" ( Balzac, le Père Goriot)


    Le dictionnaire de l'Académie Française de 1762 indique aussi que le boute-en-train était un oiseau, également nommé tarin, qui servait à faire chanter les autres.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Un jour, raconte t-on à Palerme, un étranger, qui voyageait pour ses affaires, s'arrêta dans une auberge et s'aperçut trop tard qu'on avait oublié de mettre sur sa note deux oeufs durs qu'il avait mangé.


    Retourner à l'auberge eut été une grande perte de temps. Le voyageur préféra faire des affaires avec le prix des oeufs et, à son retour, remettre à l'aubergiste les bénéfices ainsi faits et la valeur des oeufs.


    Il revint donc à Palerme dix ans plus tard, et se présenta gaiement à l'homme en lui disant:
    " Me reconnaissez-vous?
    _ Non, monsieur."
    L'étranger rappela sa visite et les deux oeufs oubliés sur l'addition; il dit que l'argent non payé avait prospéré dans ses mains et offrit une somme énorme: 50 onces.


    Cette monnaie d'or de Sicile valait 13 francs 73 centimes; l'aubergiste aurait dû être content, eh bien pas du tout!" 50 onces, s'écria t-il, non, monsieur! Il faut me donner le reste!"


    Et il exposa que, de ces oeufs, il aurai eu des poulets, que ces poulets seraient devenus des poules, que ces poules auraient produit toute une basse-cour, qu'avec la basse-cour il aurait acheté des moutons, et qu'il serait à présent propriétaire d'une bergerie.


    " vous m'avez enlevé ce capital et vous voulez me donner 50 onces? Ma foi, non!" Tel fut le raisonnement de l'aubergiste, et les Siciliens battirent des mains à ce bon tour. ils pensaient que le brave homme avait raison. D'ailleurs n'était-il pas de Palerme?


    Les juges devant qui l'affaire fut portée donnèrent aussi gain de cause à l'aubergiste. L'étranger perdit son procès au tribunal civil et à la cour d'appel. Il y avait une dernière tentative à faire.
     

    un petit homme de loi, un simple clerc, vint à lui et offrit de le défendre. " Vous? lui dit l'étranger. J'ai eu le dieu des avocats et j'ai perdu. Quelle aide pouvez-vous m'apporter?" Mais le clerc y mis tant d'insistance que l'étranger lui permit de tenter un dernier effort.


    A l'audience, au moment ou les juges  allaient prononcer un arrêt définitif, le clerc se précipita dans la salle tout effaré, en agitant les bras en l'air: " A l'aide, a l'aide! Les thons d'Arenella prennent le chemin de Palerme et vont venir nous manger tous!


    _ Que diable dites-vous? demanda le juge. Comment est-il possible que des poissons de mer viennent ici?

    _ Et comment est-il possible, reprit le clerc, que deux oeufs durs fassent des poulets et qu'il en sorte des bergeries?"
     

    Les juges se rendirent à cette bonne raison, et l'aubergiste perdit tout, même les 50 onces. 
    ( je ne connais pas l'auteur de ce conte, et vous?).
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique