• Lettre d'Amour.

    Je vous aime comme un insensé; comme ni mon âge,
    ni une longue habitude de la vie, ni mon coeur,
    froissé depuis longtemps par la douleur de la vie
    et fermé depuis à toute émotion profonde, ne devraient
    me permettre encore d'aimer.
    Je vous écris d'une main tremblante, respirant à peine
    et le front couvert de sueur.
    Vous avez saisi, enlacé, dévoré mon existence:
    vous êtes l'unique pensée, l'unique sensation, l'unique
    souffle qui m'anime encore.
    Je ne veux point vous effrayer.
    Je ne veux point employer ces menaces trop profanées
    par tant d'autres.
    Je ne sais ce que je deviendrai.
    Peut-être me consumerai-je, sans violences, de douleur
    sourde et de désespoir concentré.
    Je regretterai la vie parce que je regretterai votre pensée,
    les traits que je me retrace, le front, les yeux, le sourire que je vois.
    Benjamin Constant, à Anna Lindsay, le 29 novembre 1800.

    « La porte du temps.Alphonse de Lamartine. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :