• Victor Hugo.( poème).

    J'accepte l'âpre exil, n'eût-il ni fin ni terme,
    Sans chercher à savoir et sans considérer

    Si quelqu'un a plié qu'on aurait cru plus ferme,
    Et si plusieurs s'en vont qui devraient demeurer.

    Si l'on n'est plus que mille, eh bien, j'en suis!
    Si même ils ne sont plus que cent, je brave encor Sylla;
    S'il en demeurer dix, je serai le dixième;
    Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là!

    « Ronsard.Rémy Belleau .( poème). »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :