• Alfred de Musset.

    ( 1810-1857).

    Poésie.
    J'ai dit à mon coeur, à mon faible coeur;

    N'est-ce point assez d'aimer sa maîtresse?

    Et ne vois-tu pas que changer sans cesse,
    C'est perdre en désirs le temps du bonheur?

    Il m'a répondu: Ce n'est point assez,
    Ce n'est point assez d'aimer sa maîtresse;

    Et ne vois-tu pas que changer sans cesse

    Nous rend doux et chers les plaisirs passés?
    J'ai dit à mon coeur, à mon faible coeur:

    N'est-ce point assez de tant de tristesse?

    Et ne vois-tu pas que changer sans cesse,

    C'est à chaque pas trouver la douleur?
    Il m'a répondu: Ce n'est point assez

    Ce n'est point assez de tant de tristesse;
    Et ne vois-tu pas que changer sans cesse
    Nous rend doux et chers les chagrins passés?

    « Claude Adrien Helvétius.Guillaume Colletet. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :