• Byron.

     » Je suis l’innocent de la passion et un froncement
    de tes yeux et pour moi ce que l’oeil de la vipère
    est au pauvre oiseau dont les ailes battantes font
    glisser vers la mort la poitrine que je portais si haut.
    Ainsi a crû l’affolante fascination si puissante est
    ta magie, ou si faible je suis. »
    97kgf96x.jpg

    « La géométrie: cadeau du percepteur.Michel Leiris. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :