• Chant du ghetto de Varsovie.

    Ne dis jamais: c'est mon dernier chemin
    Le ciel sombre cèle des lendemains plus bleus
    Viendra notre temps chargé d'espérance
    Alors résonneront nos pas: nous voici!

    Des contrées vertes aux pays blancs de neige

    Peine et douleur accompagnent nos coeurs
    Là ou notre sang au sol fut versé
    Fleurira l'audace de nos armées.

    Le soleil, demain, luira sur nos chemins
    Hier disparaîtra avec nos ennemis
    Et même si la flamme se meurt
    Ces vers toujours nous les chanterons.

    Jailli de nos entrailles, non d'une plume
    Ce chant n'est pas celui de l'oiseau libre
    L'arme à la main dans la cité en ruine.

    Aussi, ne dis plus: c'est mon dernier chemin
    Le ciel sombre cèle des lendemains plus bleus
    Viendra notre temps chargé d'espérance

    Avec fierté nos pas diront: nous voici!

    Hers Glick, 1942.

    « L'assassin au coeur de Sang.Dicton de la Saint-Valentin. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :