• Diderot.

     

    A Sophie Vollant, en septembre 1759.
    J’ai vu toute la sagesse des nations,
    et j’ai pensé qu’elle ne valait pas la douce folie
    que m’inspirait mon amie.
    J’ai entendu leurs discours sublimes,
    et j’ai pensé qu’une parole de la bouche de mon amie
    porterait dans mon âme une émotion qu’ils ne me donneraient pas.
    7c26c00f.jpg

    « Wraps au thon et à la coriandre.Humour. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :