• Marie-Solène et son attrape rêve.

    A l'époque j'avais presque sept ans et comme à chaque fin d'année revenait pour moi l'étape cruelle des cadeaux reçus. L'année de mes six ans, j'étais encore avec toute la bande de mon village et, notre institutrice aimait dès la rentrée nous faire écrire un petit récapitulatif de ces festivités hivernale. A mon grand regret, mon père détestait tous ce qui a trait de près ou de loin à ces festivités et chaque année c'était la même rengaine.A mon époque tu crois qu'on avait de quoi ce payer tous ça braillait-il! Sûrement pas, j'allais traire les vaches,  je donnais du foin aux brebis, des épluchures au cochon et après je filais à l'école ou le maître me foutait une taloche pour être encore arriver en retard...alors le soir on mangeait la soupe et un quignon de pain rassis et au lit. Les fêtes...bast c'est pour les bourgeois,pour ceux qui ont des sous, pas pour les pauvres comme nous...demande rien, t'aura rien. Et c'est sur ça que j'allais souvent me coucher, le ventre plein certes, mais le coeur en déroute. Maman achetait le sapin et elle y mettait du coeur à le faire beau. Elle ouvrait sa fenêtre afin que certains passants puissent le voir et lui faire compliment, elle allumait les chandelles électriques pour faire voir que son sapin était éclairé...et les commères s'en donnaient à qui veux tu du sapin de la famille Lechard. Oui-da, mais s'ils savaient... On allait à la grande messe et tous se félicitait des joies à venir et on se quittait sur des embrassades et des bon voeux de repas en famille. Là encore de famille point! Mais pourtant on ventait le faite de prendre soin de la vieille tante Berthe couchée au fond de son lit avec une belle angine. De l'oncle Ferdinand et sa goutte qui, ne pouvait cette année encore venir festoyer avec nous...quelle triste fin d'année n'est ce pas? Quand à invité mes chers grands-parents...quelle idée saugrenue et la gifle retentissante que je reçu ce matin là, me cuisit durant toute la grande journée. Bref, vous voyez le tableau! Pourtant, il fallait bien dire que ledit père noël était passé Mmmm! Pour moi l'idée était toute trouvée et comme Mademoiselle Fierbrant ne me contredisait pas souvent, je me suis dit que cette dernière année avec elle serait identique et bien...non! Cette fois , lorsque nos pages d'écritures lui furent remis en main propre et que gentiment, fouillant dans le tas, elle en sortit trois pour les lires...je priais mon ange gardien pour qu'elle ne tombe pas sur ma traîtrise, ma forfaiture, mon mensonge. Flûte!!!_ Oh Marie-Solène quelle idée originale... veux-tu nous dire en quelques phrases ce que tes grands-parents t'ont offert ? Rougissante, d'embarras? Non, de honte, je baissais le front et d'un ton unis je fis mon récit.( Y-L)
    « L'Abandon.Le Boute en train" »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    loupzen
    Mercredi 18 Janvier à 06:21

    Bonjour,

    quelle tristesse; réalité ? en souvenir d'un passage en ma tanière !

    http://hurlements-de-loup.eklablog.com/l-avant-noel-se-sera-pour-demain-a127708672

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :