• Tendresse de Paul Géraldy.

     

    Tu m’aimes?… Qu’est ce que tu fais?
    Tu ne dis rien. Mets-toi plus près.
    Laisse ces choses qui t’occupent,
    et viens t’étendre ici, voyons!
    Je ferai bien attention.
    Je ne friperai pas ta jupe.
    Ôtons  les coussins s’ils te gênent.
    Tâchons de nous installer bien.
    Et donnez-moi vos mains, vilaine,
    et mettez vos yeux dans les miens.
    Si vous saviez comme on vous aime!
    Regardez-moi mieux… Encore mieux!

    ça doit bien se voir dans mes yeux
    que je t’ai donné tout de moi-même!
    Tu le vois, dis? Tu le comprends?
    Mon amour, ce soir est si grand,
    si grave, si profond, si tendre!…
    1913.

    « Poème, Ishtar et Tammouz.Peine. (poème). »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :